Un centre d’art et une fabrique des arts vivants dans un espace d’hospitalités

Menu

Le projet

Un lieu d’asile pour la création contemporaine à la croisée des arts et des formes


Depuis 1983, le 3 bis f, situé dans le Centre Hospitalier psychiatrique Montperrin, développe un lieu de créations contemporaines tant dans le domaine du spectacle vivant que dans celui des arts visuels au sein de son Centre d’Art. Chaque année, sur des temporalités variables allant de quelques semaines à plusieurs mois, des artistes et compagnies sont invités à proposer et développer des projets dans le cadre de résidences de recherche ou de création pour le lieu.

Plusieurs moments de rencontres avec les résidences en cours sont proposés et ouverts à tous les publics : sessions, ateliers de pratique collective, échanges avec les artistes, visites,conférences, représentations, expositions...

Le 3 bis f, lieu d’arts contemporains est situé dans les murs de l’hôpital psychiatrique Montperrin, à Aix-en-Provence. Son nom est celui que portait le pavillon dès la construction de l’hôpital à la fin du dix-neuvième siècle. Une époque où les pavillons d’hôpitaux portaient des numéros, avant les noms de fleurs, puis aujourd’hui 

de psychiatres. 3 bis f, c’est jusqu’en 1982, le 3 bis des femmes, lieu d’hospitalisation fermé, un pavillon de force conçu à cet effet, architecture panacoustique, dortoirs et cellules. Le début des années quatre-vingt voit le développement de l’activité extra-hospitalière en psychiatrie ayant notamment pour conséquence la vacance de locaux. 

Le projet du 3 bis f est porté, a été mis en place et défini par l’association Entr’Acte, créée en 1983, à l’initiative d’une équipe hospitalière et d’artistes. Au début de cette aventure, il s’agissait de redonner de la valeur à l’intra-hospitalier sans tomber dans des démarches de mise à l’écart et d’engager le pari de l’importance de la présence du non spécialiste dans l’univers de la psychiatrie, en proposant à des artistes, principalement plasticiens à l’époque, de venir développer leur propre démarche de création dans les espaces nouvellement libérés (pavillon Guiraud) de l’hôpital. Au début des années quatre-vingt dix, le 3 bis f bénéficie d’une réhabilitation de ses locaux, financée par le centre hospitalier et se dote à cette occasion d’une salle de spectacle et d’une salle d’exposition. 

Depuis lors, le 3 bis f a étendu son accueil en résidence à des artistes de différentes disciplines : plasticiens, mais également chorégraphes, danseurs, comédiens, musiciens, écrivains sont invités chaque année à développer des projets de recherche et de création pour le lieu. 




TRÉPIED THÉORIQUE

Le 3 bis f propose un lieu et des rencontres propices à des confrontations conceptuelles, aux questionnements d’artistes avec des patients, des professionnels de l’art, le personnel soignant, des travailleurs sociaux et le public. Pour ce faire, il s’appuie sur trois principes fondateurs : 


NON-THÉRAPEUTIQUE A PRIORI

C’est une position éthique, une façon de créer un espace de rencontres, préalable nécessaire à toute possibilité éventuelle de lien thérapeutique, de participer à la revalorisation de la notion d’asile (droit d’asile, terre d’asile,...). Pour les usagers du Centre Hospitalier, le 3 bis f est un lieu qui leur est proposé sans prescription, où chacun peut notamment trouver à l’occasion de la confrontation à un travail artistique, la possibilité de nouer ou de renouer un lien social. 


TROC | ÉCHANGE

Instaurer entre les artistes et le lieu un rapport d’échange, d’ouverture de leur travail vers l’hôpital, au public, qu’il soit ou non hospitalisé. Dans ce cadre de relation, l’échange implique immédiatement la responsabilité, l’engagement de chacun. 


DÉSÉGRÉGATION

Démarche qui invite à faire se rencontrer les gens entre eux en dehors de cette définition préalable qui stipulerait l’état des personnes, leur origine, leur statut. Ainsi toutes les propositions, faites de rencontres avec les artistes et leur démarche, se font de façon indistincte; aux personnes hospitalisées ou suivies en soin psychiatrique externe ; aux personnes qui n’ont jamais eu à faire ou à voir avec la psychiatrie ; aux personnes qui n’ont pas encore eu à faire avec la psychiatrie, etc...