ALICIA FRAMIS
en savoir +
fermer
arts visuelsen ce moment

ALICIA FRAMISI’M IN THE WRONG PLACE TO BE REAL

EXPOSITION
Du 9 avril au 19 juin
Du lundi au vendredi de 13h à 17h et sur rendez-vous (entrée libre)
Vernissage mercredi 8 avril de 16h00 à 21h00

CONFÉRENCE
Mardi 7 avril à 18h30,
Amphithéâtre de l’école supérieure d’art d’Aix-en-Provence

ATELIER Chambres secrètes
Vendredis 20 février et 20 mars de 10h à 12h et de 14h à 15h30

Rencontre avec l’artiste et présentation de l’atelier
mercredi 18 février de 14h à 15h30

Résidence de création - février/juin 2015

Artiste pluri-disciplinaire, Alicia Framis associe régulièrement à ses travaux des collaborateurs de différents horizons tels que l’architecture, le design ou la mode. Son travail se concentre sur les différents aspects de l’existence humaine dans nos sociétés contemporaines et part souvent d’une problématique sociale acquise pour développer ses propositions, sous la forme de vidéos, d’installations, de performances, et mettre en évidence les dispositifs d’aliénation et autres moyens de coercition qui la sous-tende. Dans ses interventions, elle propose au public un contact direct, physique, émotionnel, en créant des conditions d’expériences et de situations inhabituelles.

EXPOSITION
Du 9 avril au 19 juin

Du lundi au vendredi de 13h à 17h et sur rendez-vous (entrée libre)
Vernissage mercredi 8 avril de 16h00 à 21h00
Le 3 bis f sera fermé du 25 avril au 03 mai,
ainsi que les 8, 14 et 25 mai.

Dans les rues de New York, une parole de chanson
fredonnée par un passant : I’m in the wrong place to be real ; une parole entêtante, l’écho d’une sensation à la fois particulière et universelle. S’interroger sur sa place dans une relation, un lieu, une ville, un pays, et plus globalement dans le monde, ou plus exactement sur ce sentiment, temporaire ou permanent, de ne se sentir ni vraiment à sa place, ni vraiment réel. Alicia Framis y perçoit le point de départ pour la création d’une nouvelle « chambre » qui viendrait nourrir la série des Forbidden Rooms, initiée en 2011 (Screaming Room -chambre à crier, 2011/2013- Room to Forget -chambre pour oublier, 2013- Room for forbidden books -chambre des livres interdits, 2014-). Concevoir et construire une chambre où le rapport entre l’espace et l’individu serait déplacé. Il est commun voir commode de penser que nous façonnons notre environnement, notre habitat, nos relations, et d’oublier que l’inverse est tout aussi réel.

CONFÉRENCE
Mardi 7 avril à 18h30

amphithéâtre de l’école supérieure d’art d’Aix-en-Provence Entrée libre dans la limite des places disponibles.

ATELIER Chambres secrètes
Vendredis 20 février et 20 mars de 10h à 12h et de 14h à 15h30 Rencontre avec l’artiste et présentation de l’atelier rmercredi 18 février de 14h à 15h30

L’histoire, réelle ou contée, est riche de chambres secrètes, d’espaces dissimulés, astucieusement protégés, à l’abri des regards. Leurs existences, leurs constructions et leurs usages sont eux-même tributaires du plus grand secret. Ce sont les chambres funéraires des pharaons, les passages secrets des châteaux, les chambres fortes, les bunkers, les refuges atomiques... Espaces pour se retirer, s’aimer, se mettre à l’abri, préserver des biens de valeur, pour cacher ou exercer des actions répréhensibles au regard de la loi, leur existence est régie autant par le désir que par la peur. Dans la continuité des Forbidden Rooms, inventer, imaginer, rêver seul ou ensemble de nouvelles chambres secrètes, par le biais du dessin, de la maquette, de la vidéo.

© Alicia Framis

L’INSOMNANTE / CLAIRE RUFFIN
en savoir +
fermer
théâtremusiqueécritureen ce moment

L’INSOMNANTE / CLAIRE RUFFINHÔTEL À CIEL OUVERT

ATELIER Siestes écriture / Siestes sonores
Siestes écriture 28, 29 mai de 14h à 16h
Siestes sonores 1er, 2, 3 juin de 14h à 16h

Résidence de recherche - mai/juin 2015

Conception : l’Insomnante. Ateliers d’écriture et voix au chevet : Francis Coulaud, Aline Maclet, Claire Ruffin Violoncelle, chant au chevet : Catherine Exbrayat - Composition de paysages sonores : David Bouvard - Partition technique : Manon Trompowsky - Photographie : Vincent Beaume.

C’est un hôtel un peu particulier. Un hôtel de charme. Sans murs ni toits. Un hôtel de petite taille. A la fois cocon et paysage...
Nous invitons à dormir dehors, aussi bien que dedans. Nous invitons à dormir dehors, mais comme à l’hôtel. Avec un room service. Nous invitons à bien dormir, et aussi à bien ne pas dormir... Une fabrique de nuits, mais qui ouvre aussi le jour.
La nuit, possibilité de bercements de chevet à la demande, où voix et violoncelle s’entremêlent. A partir d’une certaine heure, ouverture du bureau des insomniaques et possibilité de marches d’épuisement. Au matin, petit déjeuner.
Le jour, ouverture pour des siestes. Siestes écriture, avec allers - retours entre le lit et des propositions d’écriture et des lectures au chevet ; et/ou des Siestes sonores, avec composition de paysages à entendre : voix errantes et fluctuantes, diffusion de sons enregistrés, chant et violoncelle.

Production - Coproductions : 3 bis f, le Citron Jaune, Sentier des lauzes, la Ville de Marseille, Conseil Régional PACA

ATELIER Siestes écriture / Siestes sonores
Siestes écriture 28, 29 mai de 14h à 16h
Siestes sonores 1er, 2, 3 juin de 14h à 16h

Venir somnoler dans un lit, sous un arbre, dans l’Hôtel de l’Insomnante. S’offrir une sieste, ce temps entre-deux, ce moment élu qui se peuple de ce qui est en cours.
Des siestes - écriture  : allers - retours entre la table d’écriture et le lit. Ecrire sur une feuille, dans sa tête, dans sa sieste. Lire pour soi ou pour les autres, murmurer au chevet. Ecouter les yeux mi-clos les paysages sonores qui se composent tout autour des lits. Dormir.
Des siestes sonores : presque rien. Venir se coucher dans un lit. Peut-être fermer les yeux. Ecouter. Laisser le corps s’enfoncer. Se laisser entourer par des mots murmurés, proches ou lointains, des notes de violoncelle, un chant, les sons d’ici ou rapportés d’ailleurs... se laisser prendre par un sommeil percé de sons, garder les yeux grands ouverts ou sombrer entièrement dans la sieste.

© Vincent Baume