Si la différence vous effraie, imaginez la conformité...
NOUVEAUX REGARDS 2015
en savoir +
fermer
arts visuels

NOUVEAUX REGARDS 2015TRÉCY AFONSO – CLÉO LHÉRITIER – YOHAN DUMAS – MARGUERITE REINERT – MASAHIRO SUZUKI – MAX PASKINE

ÉCRITURE – DESSIN – PEINTURE – VIDÉO – SON – PERFORMANCE – INSTALLATION – VOLUME

ATELIER Déluge dans la piscine
Les mercredis de 14h à 16h
16, 23, 30 septembre - 7 et 14 octobre

Résidence de recherche – septembre/octobre 2015

ÉCRITURE – DESSIN – PEINTURE – VIDÉO – SON – PERFORMANCE – INSTALLATION – VOLUME

ATELIER Déluge dans la piscine
Les mercredis de 14h à 16h
16, 23, 30 septembre - 7 et 14 octobre

L’eau et ses multiples facettes constituent la trame de notre film. Cette expérience cinématographique résulte de vos histoires, de nos histoires qui bout-à-bout laissent entrevoir un scénario. Sessions de dessins, de prises vues et de prises de son viennent nourrir celui-ci. Écrire sous l’eau, sur l’eau, dessiner un espace filmique, composer des mémoires liquides. Une matière dense qui nous plonge au cœur d’un tournage visuel et sonore. À l’issue, un film, fruit de notre rencontre, que nous partagerons à l’occasion d’une séance de projection, suivie de débats et d’échanges, le tout accompagné d’une dégustation cinématographique.

Cette résidence est organisée dans le cadre de Nouveaux Regards, un rendez-vous annuel initié en 2010 par l’Office de Tourisme d’Aix-en-Provence. Pour cette 6ème édition, Nouveaux Regards propose entre septembre et décembre 2015, expositions et résidence de 6 jeunes diplômés de l’école supérieure d’art d’Aix-en-Provence dans trois lieux emblématiques de la ville, l’Atelier de Cézanne, le Pavillon de Vendôme et le 3 bis f. Un catalogue est publié à cette occasion.

Les nouveaux regards

visuel : © Cléo Lhéritier

CLÉMENTINE CARSBERG
en savoir +
fermer
arts visuels

CLÉMENTINE CARSBERGLES FORS INTÉRIEURS

EXPOSITION
Du jeudi 8 octobre au vendredi 18 décembre 2015

ATELIER Lieu commun

COLLAGE -VOLUME - INSTALLATION
Les jeudis de 14h à 16h
17, 24 septembre - 1er, 8, 29 octobre - 5, 12, 19 novembre - 3, 10 et 17 décembre

Résidence de recherche et de création
- janvier/décembre 2015

EXPOSITION
Du jeudi 8 octobre au vendredi 18 décembre 2015
Du lundi au vendredi de 13h à 17h et sur rendez-vous 
- Entrée libre

Le 3 bis f est fermé du 17 au 25 octobre

Vernissage mercredi 7 octobre de 16h à 21h

Pour, avec, dans… les espaces du 3 bis f, Clémentine Carsberg suggère des histoires par leurs traces, crée des indices d’architecture, d’archéologie, de ruine, de présences. Elle imbrique à des espaces physiquement présents tout un potentiel imaginaire enfoui. Il y a des boîtes, du parquet, des protubérances, du papier. Les liens de lieu opèrent. Des pièces montées émergent à force de sur place. Construire puis habiter un site de vestiges de monuments (un 6 pièces) ; ou un mono aménagement pour un duo de cellules ; voir ses pièces en personne, et aux détours du monumental, une série de collages, collés contre, au mur.
Des hypothèses affleurent au travers des hésitations, du regard à double sens et des multiples temps de la perception. L’espace transpire des traces et des apparitions. Des temporalités, des saisons, réelles ou sensorielles, se mélangent, s’accommodent et cohabitent le temps de l’exposition.

ATELIER Lieu commun

COLLAGE -VOLUME - INSTALLATION
Les jeudis de 14h à 16h
17, 24 septembre - 1er, 8, 29 octobre - 5, 12, 19 novembre - 3, et 10 décembre

L’atelier Lieu Commun propose de faire. Et pour ce faire, il suggère de se coller à quelques énigmes essentiellement liées à l’« environnement habitable » ou « Comment vivons nous où nous vivons ? ». C’est un moment pour se retrouver dans la création et la discussion, autour d’une interrogation, comme un petit mystère chaque fois relevé par l’action. On y cherche ensemble comment atteindre son idée, celle de voir se réaliser sous nos yeux telle chose ou telle autre.
Jeux de collages, de peinture, de dessin, transformation d’espace, créations de motifs, de tampons, de pop up, récupérations, trouvailles, innovations, seront les ingrédients de nos ateliers collectifs.

Clémentine Carsberg

visuel : © Clémentine Carsberg

GETHAN&MYLES
en savoir +
fermer
arts visuels

GETHAN&MYLESMany hands make light work* 

DÉCOUVERTE - INSTALLATION – MARCHE - PHOTOGRAPHIE – PARTAGE - ÉCRITURE

ATELIER Many hands make light work*  
Les mercredis de 10h30 à 12h
23, 30 septembre – 7, 14, 28 octobre – 4, 18, 25 novembre – 2, 9 décembre
Rencontre et présentation de l’atelier mercredi 16 septembre de 10h30 à 12h

Résidence de recherche
- septembre 2015 / juillet 2016
DÉCOUVERTE - INSTALLATION – MARCHE - PHOTOGRAPHIE – PARTAGE - ÉCRITURE

Installés à Marseille depuis 2011, le binôme anglo-irlandais gethan&myles s’est formé sous la pluie londonienne en été 2008. De cette collaboration est né un projet qui se construit au contact du monde réel dans une relation indéfectible aux choses concrètes, vécues et partagées avec d’autres. Sous la forme d’installations, de films, de sculptures ou de livres, gethan&myles mettent en scène la capacité de l’art à enrichir notre compréhension du réel.

ATELIER Many hands make light work*  
Les mercredis de 10h30 à 12h
23, 30 septembre – 7, 14, 28 octobre – 4, 18, 25 novembre – 2, 9 décembre

Rencontre et présentation de l’atelier mercredi 16 septembre de 10h30 à 12h

Many hands… sera une découverte collective de la lumière - soleil, saisons, cyanotypes, cadrans solaires, photosynthèse, phosphorescence, aveuglement… En anglais ’light’ signifie ‘lumière’, mais aussi léger, clair, fluide, délicat, ludique... Le ton des ateliers reflètera tous ses sens. Venez explorer, expérimenter, détourner, déguster, manipuler cette matière magique sans laquelle la vie n’existera pas.

*Plus on est nombreux, plus la tâche est légère / l’union fait la force.

gethan&myles

ET AUSSI
SUPERVUES 2015
gethan&myles
Les 11, 12 et 13 décembre – Vaison la Romaine
Durant trois jours, Le second weekend de décembre, le Burrhus sera fermé en tant qu’hôtel. Pourtant il affichera complet. 35 chambres, 35 artistes, 35 façons d’exprimer une vision de la création contemporaine dans un espace donné, avec les contraintes qui sont celles d’un lieu habité, même à titre provisoire et éphémère…

visuel : © gethan&myles

CAMILLE LLOBET
en savoir +
fermer
arts visuels

CAMILLE LLOBETIl y a des gens qui parlent, qui parlent - jusqu’à ce qu’ils aient enfin trouvé quelque chose à dire

LECTURE - VIDÉO – ENQUÊTE - SON – DISCUSSION - PERFORMANCE – ÉCRITURE

ATELIER Il y a des gens qui parlent, qui parlent - jusqu’à ce qu’ils aient enfin trouvé quelque chose à dire
Les mardis et jeudis de 10h à 12h
27, 29 octobre - 17, 19 novembre - 1, 3 décembre - 5, 7 janvier

Résidence de création
- octobre 2015/janvier 2016
LECTURE - VIDÉO – ENQUÊTE - SON – DISCUSSION - PERFORMANCE – ÉCRITURE

ATELIER Il y a des gens qui parlent, qui parlent - jusqu’à ce qu’ils aient enfin trouvé quelque chose à dire
Les mardis et jeudis de 10h à 12h
27, 29 octobre - 17, 19 novembre - 1, 3 décembre - 5 janvier

Où parle t’on, comment parle t’on autour de nous, tous les jours ? Qu’est ce que l’on raconte avec les mots, la voix, les gestes, les expressions et mimiques qui constituent la parole ? Il s’agira d’écouter, d’enregistrer, de filmer des paroles. Nous mettrons en place un laboratoire de recherche dans l’atelier pour étudier, classer, commenter les paroles que l’on aura relevées, notées, enregistrées, retranscrites. Nous testerons des expériences parlées : parler pour ne rien dire, penser en parlant, parler en courant, parler en langue1 ... Nous étudierons aussi des extraits ou documents historiques, cinématographiques, artistiques et poétiques qui traitent de la parole.

1- « Parler en langue » ou « glossolalie » est le fait de parler à haute voix dans une langue inconnue de la personne qui parle, ou dans une suite de syllabes incompréhensibles mais revêtant l’aspect d’une langue véritable.

Camille Llobet

visuel : © Camille Llobet

CAMILLE LLOBET
en savoir +
fermer
arts visuels

CAMILLE LLOBETVOIR CE QUI EST DIT

EXPOSITION
Du 28 janvier au 1er avril

Vernissage mercredi 27 janvier de 16h à 21h

CONFÉRENCE de Camille Llobet
Mardi 26 janvier à 18h30
Amphithéâtre de l’école supérieure d’art d’Aix-en-Provence

VISITE ET RENCONTRE AVEC L’ARTISTE / Interprétation en Langue des Signes
Samedi 30 janvier à 10h

Résidence de création - octobre 2015 > janvier 2016

EXPOSITION
Du 28 janvier au 1er avril
Du lundi au vendredi de 13h à 17h et sur rendez-vous
Entrée libre
Le 3 bis f est fermé du 6 au 14 février

Vernissage mercredi 27 janvier de 16h à 21h

CONFÉRENCE de Camille Llobet
Mardi 26 janvier à 18h30
Amphithéâtre de l’école supérieure d’art d’Aix-en-Provence
Entrée libre dans la limite des places disponibles

VISITE ET RENCONTRE AVEC L’ARTISTE / Interprétation en Langue des Signes
Samedi 30 janvier à 10h

L’homme qui prenait sa femme pour un chapeau, d’Oliver Sacks décrit un cas pathologique : le docteur P. est incapable de voir les choses dans leur globalité et de les identifier. Son regard circule et se pose sur chaque détail d’un objet, d’un visage sans jamais pouvoir les relier entre eux, se retrouvant « visuellement perdu dans un monde d’abstractions inertes ». Camille Llobet voit dans ce type de modification du regard une approche particulièrement féconde pour interroger le réel et sa perception. Elle se l’approprie comme une posture impliquant une série de gestes et d’expérimentations : description, transcription, codage, fragmentation, agrandissement, etc. C’est ainsi qu’elle explore la perception de la parole et du mouvement par le biais d’expériences mettant en jeu et à l’épreuve différents aspects du « corps parlant » et du « corps filmant », à l’instar de Robert Bresson qui cherchait par une répétition excessive de ses acteurs, un automatisme plus proche de la vie réelle que de sa représentation.
Voir ce qui est dit est une oeuvre réalisée avec Noha El Sadawy, performeuse sourde et Philippe Béran, chef d’orchestre, durant les répétitions de l’Orchestre du Collège de Genève.
La direction d’orchestre et la langue des signes sont deux langages qui n’ont à priori rien à voir : l’un dirige des musiciens, l’autre parle avec des gestes. Ils vivent dans deux mondes antagonistes : la musique et le silence. Il y a pourtant quelques ressemblances entre ces deux figures, ces corps qui parlent : ils partagent à la fois une structure précise, technique, codée, et une grande part d’expression sensible. Leur expressivité exacerbée, rappelle les personnages du burlesque : le chef d’orchestre exagère son expression pour être vu de loin et les mimiques qui accompagnent la langues des signes correspondent à la prosodie du langage parlé.

Cette exposition fait suite au projet de coopération transfrontalière ECHOS - ESAAA - Mamco, 2014-2015

JEANNE MOYNOT & ANNE-SOPHIE TURION
en savoir +
fermer
arts visuels

JEANNE MOYNOT & ANNE-SOPHIE TURION Feu de tout bois

ATELIER Feu de tout bois

Les lundis de 14h à 16h : 1er, 15, 22, 29 février – 7, 14 mars
Les mercredis de 14h à 16h : 13, 27 avril - 4, 11, 18, 25 mai – 8 et 15 juin

Résidence de recherche
- janvier > décembre 2016

ATELIER Feu de tout bois

Les lundis de 14h à 16h : 1er, 15, 22, 29 février – 7, 14 mars
Les mercredis de 14h à 16h : 13, 27 avril - 4, 11, 18, 25 mai – 8, 15, 22 & 29 juin

Du plaisir de « se faire peur » aux peurs incontrôlables, des petites peurs de tous les jours aux grands effrois, la question de la peur est un véritable déclencheur d’imaginaire : chacun a ses propres anecdotes à raconter, ses souvenirs de films ou de livres, ses images gravées. Traverser ensemble les différents stades du processus de création de Frightenight, depuis les recherches documentaires initiales jusqu’à la réalisation finale, en passant par des expérimentations plastiques et sonores, mais aussi l’écriture, le chant, la performance.

FABRICE PICHAT
en savoir +
fermer
arts visuels

FABRICE PICHATHors là

EXPOSITION
Du 28 avril au 1er juillet
Vernissage mercredi 27avril de 16h à 21h

CONFÉRENCE de Fabrice Pichat
Mardi 26 avril à 18h30
Amphithéâtre de l’école supérieure d’art d’Aix-en-Provence

ATELIER Nouveaux nuages
Les mercredis 2, 9, 16, et 23 mars de 14h à 16h

Résidence de création - février > avril 2016

EXPOSITION
Du 28 avril au 1er juillet 2016

Du lundi au vendredi de 13h à 17h et sur rendez-vous | Entrée libre
Le 3 bis f est fermé les 5 et 16 mai


Vernissage mercredi 27avril de 16h à 21h

CONFÉRENCE de Fabrice Pichat
Mardi 26 avril à 18h30
Amphithéâtre de l’école supérieure d’art d’Aix-en-Provence
Entrée libre dans la limite des places disponibles

Fabrice Pichat observe morceau par morceau l’espace multiple. Pour lui, la possibilité d’une œuvre se pense à partir de sa capacité à s’adjoindre un de ces morceaux, à le travailler et le restituer. A ce monde fragmentaire, il faut un point initial, des accroches possibles avec l’immédiat, un enchaînement point à point, un déplacement en zigzag. Chaque œuvre résulte ainsi d’une multitude d’essais qui progressivement découvre un mode d’apparition désignant l’économie propre à une œuvre ainsi que sa relation à un espace. Ses travaux intègrent l’environnement proche ou prennent la forme d’installations, ce sont des inclusions dans l’environnement ou des médianes entre un observateur et un espace. Ses installations récentes participent d’une recherche sur la perception de signaux antagonistes et de leurs coexistences dans un même espace. C’est ainsi que sa résidence de création prend pour point de départ un travail entamé sur la conversion sonore des bris de vitrine dans l’espace urbain.

ATELIER Nouveaux nuages
Les mercredis 2, 9, 16, et 23 mars de 14h à 16h
Comment un signal se construit-il ? Quel est son mode de propagation ? Où est-ce qu’il advient et s’altère ?
L’atelier est une séquence d’improvisation où expérimenter la spatialité des signaux à partir de phénomènes sonores, de dispositifs d’optique ou d’outils de constructions graphiques. Les manipulations portent sur des matériaux choisis pour leurs propriétés à reconduire, renvoyer, ou déformer un signal.

GETHAN&MYLES
en savoir +
fermer
arts visuels

GETHAN&MYLESShooting the breeze

ATELIER Shooting the breeze
Les jeudis de 14h à 15h30 : 3, 10, 17, 24, 31 mars – 7, 14, 28 avril – 12, 19, 26 mai – 9, 16, 23 et 30 juin

Résidence de recherche
- septembre 2015 > juillet 2016

ATELIER Shooting the breeze
Les jeudis de 14h à 15h30 : 3, 10, 17, 24, 31 mars – 7, 14, 28 avril – 12, 19, 26 mai – 9, 16, 23 et 30 juin
Après une exploration collective de la Lumière, gethan&myles reviennent avec un thème tout aussi insaisissable - le Temps. Ensemble, photographier le vent, faire chanter l’orage, exposer la neige, écrire les nuages, peindre avec la pluie... La météo pour nous guider et nous inspirer ; le climat sera notre muse et notre maître. Et qu’il fasse beau ou moche - on va se régaler ! L’idiome ‘Shooting the breeze’ - littéralement ‘tirant sur/filmant le vent’- signifie ‘bavarder/tchatcher’... Petit clin d’œil à notre capacité
à pouvoir parler en toute occasion de la pluie et du beau temps ou objet d’atelier en soi, c’est selon.

JEANNE MOYNOT & ANNE-SOPHIE TURION / CIE LE PARC À THÈMES
en savoir +
fermer
arts visuelsArts vivants

JEANNE MOYNOT & ANNE-SOPHIE TURION / CIE LE PARC À THÈMESFRIGHTENIGHT

PRÉSENTATION D’UNE ÉTAPE DE TRAVAIL
Mercredi 30 mars à 15h

OUVERTURE Par le trou de la serrure
Jeudi 24 et Vendredi 25 mars de 14h à 16h

Résidence de recherche - mars 2016

PRÉSENTATION D’UNE ÉTAPE DE TRAVAIL
Mercredi 30 mars à 15h

Conception, scénographie, interprétation : Jeanne Moynot et Anne-Sophie Turion Son : Erik Billabert - Lumière : (en cours) - Regard extérieur : Elise Simonet

Le Parc à Thèmes, est une compagnie créée en 2015 par Jeanne Moynot et Anne-Sophie Turion, respectivement issues de la Villa Arson et de l’École des Arts Décoratifs de Paris. Ensemble, elles créent des projets transversaux au croisement de la performance, des arts visuels et des arts numériques. Pour la création de ce premier spectacle, Frightenight, toutes deux se rencontrent autour de la thématique de la peur et de ses sources. La mise en scène cinématographique de la peur - du film d’horreur en passant par le film noir, le film catastrophe ou de série B - regorge de codes visuels, sonores et narratifs. Immergé dans un continuum de tableaux tantôt inquiétants, tantôt dérisoires, le spectateur suit les pérégrinations d’une figure féminine qui traverse des univers hétéroclites, où se télescopent en toute anarchie les motifs qui composent l’imaginaire collectif.
La peur est explorée sous toutes ses coutures, comme une matière protéiforme aux contours difficilement saisissables. On passe du plaisir de se faire peur à l’angoisse latente, de l’archaïsme de l’enfance à la surenchère du gore, d’images contemplatives à d’exubérantes saillies spectaculaires. Assumant une esthétique du bricolage, les trucages se font à vue tout en cherchant à conserver un certain potentiel de sensationnel. Une façon d’interroger la notion même de spectaculaire, entre plaisir et mise à distance.

Partenaires : Montévidéo, Marseille - Le CentQuatre, Paris - La Ménagerie de verre, Paris (dans le cadre des studioslabs) - Centrale Fies, Italie - Le VIVAT d’Armentières - Les Réalisateurs, sous la direction de Fabrice Hyber, Ecole des Beaux Arts de Nantes Métropole / Audencia - 3 bis f - La Fondation Nationale des Arts Graphiques et Plastiques (FNAGP) - Le CNC - DICRÉAM - AMC Industrie

OUVERTURE Par le trou de la serrure
Jeudi 24 et vendredi 25 mars de 14h à 16h
Porte ouverte sur le travail de création en cours

visuel : ©Claire Soubrier

CUBE / CHRISTIAN UBL
en savoir +
fermer
arts visuelsdanse

CUBE / CHRISTIAN UBLSTIL

PRÉSENTATION D’UNE ÉTAPE DE TRAVAIL
vendredi 1er juillet à 15h et 19h

ATELIER Laboratoire d’inspiration - danse, écriture et arts plastiques
jeudi 7 et le vendredi 8 avril, jeudi 19 et vendredi 20 mai,
mercredi 29, jeudi 30 juin de 10h à 12h

Résidence de recherche - avril, mai & juin 2016

PRÉSENTATION D’UNE ÉTAPE DE TRAVAIL
vendredi 1er juillet à 15h et 19h

Écriture, chorégraphie : Christian Ubl - En collaboration avec les interprètes :
Marianne Descamps, Séverine Bauvais, Aniol Busquets, Joachim Lorca, Joachim Maudet et 6e danseur (en cours) - Conception costumes : Pierre Canitrot - Composition et musiques : Fabrice Cattalano et un musicien instrumentiste (en cours) - Collaborations artistiques : Fabienne Gras - Lumière : Jean-Bastien Nehr

Après un long cycle de création sur l’identité et le vivre-ailleurs, CUBe porte en 2016 un nouveau projet chorégraphique : STIL, imaginé pour 6 danseurs et 2 musiciens au plateau. Il s’élabore dans une recherche sur le mouvement esthétique du Jugendstil à travers les figures tutélaires de Klimt et Schiele, yin et yang de l’âme autrichienne. À l’aube du 20e siècle, le Jugendstil a également traduit l’éternelle querelle entre les tenants de la tradition, les conservateurs, et ceux de la modernité, les progressistes. D’idées et d’idéaux communs naquit le désir de faire émerger un style s’exprimant dans la diversité plutôt que dans l’uniformité.
Dans un espace épuré, cet opus pourra évoquer une nouvelle bataille à mener, au sens propre et figuré : celle de notre temps où l’esthétique régit trop souvent le monde réel et le monde virtuel. Peut-on établir un parallèle entre l’époque troublée du Jugendstil et la nôtre, creuse et en crise, restrictive et prohibitive, dominée par les préjugés ? Le spectacle vivant sera-t-il demain toujours libre ou glissera-t-il inéluctablement vers le divertissement et la culture de masse ? Où et comment un nouveau langage peut-il s’élaborer aujourd’hui ?

Partenaires : Le CCN, Biarritz - Le Relais culturel régional du Pays de Falaise - 3 bis f - CDC Le Pacifique, Grenoble - Le CND

ATELIER Laboratoire d’inspiration - danse, écriture et arts plastiques
Jeudi 7 et le vendredi 8 avril, jeudi 19 et vendredi 20 mai,
mercredi 29, jeudi 30 juin de 10h à 12h

Christian Ubl propose des laboratoires d’inspiration pour plonger dans l’époque 1895-1917 du Jugendstil, courant esthétique qui a fortement influencé tous les arts et qu’il place au cœur de sa prochaine création. Autour de cette thématique, il invite à associer pratique corporelle, écriture chorégraphique, lecture et ateliers plastiques. Les personnes souhaitant participer sont invitées à venir avec une tenue décontractée. « Traverser et observer l’autre pour devenir soi-même » pourrait être l’un des fils conducteurs et métaphoriques au sein du groupe de chercheurs.

MONTREZ MOI QUELQUE CHOSE QUE JE N’AI JAMAIS VU
en savoir +
fermer
arts visuels

MONTREZ MOI QUELQUE CHOSE QUE JE N’AI JAMAIS VUOuvertures d’ateliers

Ouverture publique des ateliers de recherche
Mercredi 1er juin de 13h à 19h

OUVERTURE PUBLIQUE DES ATELIERS DE RECHERCHE
Mercredi 1er Juin de 13h à 19h

L’accueil d’artistes en résidence repose sur la formule de l’échange d’un espace pendant un temps donné contre le risque consenti de venir au sein d’un lieu sensible et d’être touché davantage par sa propre étrangeté et par sa propre altérité. La résidence de recherche s’inscrit dans la durée. Pendant 11 mois, les résidents de recherche partagent un atelier de 80 m2, ouvrent leurs pratiques sur des temps de rencontres dont ils définissent les modalités, interagissent avec l’équipe et les usagers des lieux, cohabitent avec les résidents de création, mais également avec des chorégraphes, metteurs en scène, comédiens, circassiens, danseurs, musiciens, ingénieurs son, techniciens...
Outre la durée, il s’agit d’une résidence pour développer un travail de recherche sans se voir imposer ni exposition, ni production d’œuvre. gethan&myles sont en résidence de recherche de septembre 2015 à juillet 2016 ; Jeanne Moynot & Anne-Sophie Turion, de janvier à décembre 2016. Les ouvertures d’ateliers sont l’occasion de rencontres et de discussions privilégiées autour des recherches et travaux en cours de ces artistes.

PROTOCOLES MÉTA / JEAN-PAUL THIBEaU
en savoir +
fermer
arts visuelsécritureArts vivants

PROTOCOLES MÉTA / JEAN-PAUL THIBEaUFOLLE SAGESSE ET ART : POUR UNE MÉTA-CONFÉRENCE

ÉTAT DES LIEUX DU PROjET
vendredi 3 juin à 17h

ATELIER Méta-Atelier
vendredi 3 juin de 14h à 16h

Dans le cadre des Matins du Samedi :
samedi 4 juin de 10h à 13h

Résidence de recherche - octobre 2015 et juin 2016

ÉTAT DES LIEUX DU PROjET
Vendredi 3 juin à 17h

Artiste intermédia : Jean-Paul Thibeau - Danseuse, chorégraphe : Isabelle Lasserre Chanteuse improvisatrice : Géraldine Keller - Poète : Joël-Claude Meffre - Photographe Plasticienne : Sylvie Frémiot

Les Protocoles Méta - dispositif nomade de recherche et d’expérimentation artistique - se proposent d’explorer certains rapports entre sagesse, folie et art. La folle sagesse est un registre de comportements dans lequel des maîtres spirituels et des enseignants de certaines traditions telles que des écoles du bouddhisme, du soufisme, du taoïsme, se présentent soudainement sous un jour inhabituel, choquant voire détestable afin de provoquer l’éveil spirituel de tout aspirant qui en est témoin. Elle génère un aspect excentrique que l’on peut retrouver chez certains artistes, écrivains, poètes, danseurs, etc. Elle génère aussi exactement l’inverse, sous des formes plus cathartiques, selon les latitudes et cultures sous lesquelles elle se manifeste. Mais la Folle Sagesse résonne aussi dans nos cultures contemporaines où elle vient questionner la notion de normalité et d’intégration sociale. Le lieu de l’Art est encore un espace où quelque chose de cet écart et de cette amplitude peut s’exercer.

Partenaires : Grands Bains Douches/Artcad, Marseille - 3 bis f - Fondation du Doute, Blois La manufacture Atlantique, Bordeaux - Le Grilo, Lisbonne

ATELIER Méta-Atelier
Vendredi 3 juin de 14h à 16h
Dans le cadre des Matins du Samedi : samedi 4 juin de 10h à 13h : Les rituels d’inversion
Les artistes impliqués dans la session Protocoles Méta proposent d’associer pratique corporelle, pratique vocale et pratique d’improvisation. Les personnes souhaitant participer sont invitées à venir avec : une tenue décontractée, un objet de leur quotidien, un texte, une image de leur choix ou un comportement qui fait écho pour elles
à la thématique.

COLLECTIF ÉTAT D’URGENCE
en savoir +
fermer
arts visuelsdanse

COLLECTIF ÉTAT D’URGENCEDITES À MA MÈRE QUE jE SUIS LÀ

PRÉSENTATION D’UNE ÉTAPE DE TRAVAIL
vendredi 17 juin à 15h

CONFÉRENCE d’Amanda Da Silva
Mardi 14 juin à 19h

ATELIER La danse commence avec ce que nous sommes
Mardi 14 juin de 14h à 16h

Résidence de création - juin 2016, dans le cadre du dispositif TRIDANSE

PRÉSENTATION D’UNE ÉTAPE DE TRAVAIL
vendredi 17 juin à 15h

D’après les recherches d’Amanda Da Silva - Dramaturge : Martine Cendre Scénographe, plasticien, régisseur général : Sébastien Pin - Danseurs : Camille Blanc, Yoann Boyer - Acrobates : Anthony Lefebvre, Edouard Doumbia - Auteur du blog Passeur d’hospitalité : Philippe Wannesson

Dites à ma mère que je suis là se propose d’adapter, d’interpréter et de partager - tant corporellement que visuellement - une matière réflexive habituellement inaccessible au plus grand nombre : des données et questionnements scientifiques d’Amanda Da Silva, chercheuse en migrations internationales. Le projet, qui réunit spectacle, conférence
et ateliers, propose à chacun d’éprouver une expérience singulière autour de la question de l’immigration. Dans une démarche centrée sur l’échange et la rencontre, les corps des interprètes transcrivent dans un langage qui tend à l’universel, les problématiques de
frontières qui séparent notre humanité. Sur scène, un plasticien bâtit les frontières, limite les chemins. Un travail d’images documentaires transpose d’autres lieux, témoigne du réel. La proposition artistique se positionne ici comme lieu d’enrichissement réciproque, d’apprentissage et d’ouverture dans la relation à l’autre et au monde. Elle s’affirme également en opposition aux thèses visant l’exclusion, le repli identitaire ou le populisme. Elle se propose de déplacer le théâtre aux frontières de l’intime et du politique. Une perspective où la culture et la science se rejoignent afin de dessiner de nouvelles perspectives entre les groupes sociaux.

Coproductions : Le Citron jaune, Centre National des Arts de la Rue, Port St Louis du Rhône - La Passerelle, scène nationale des Alpes du Sud, Gap - 3 bis f - Le Vélo théâtre, Apt - Le FLOW, centre européen des cultures urbaines, Lille
Soutiens : Le Channel, scène nationale de Calais - Le Bateau Feu, scène nationale de Dunkerque Les Maisons Folies Wazemmes et Moulins, Lille - Le CEDEM, Liège

CONFÉRENCE d’Amanda Da Silva
Comment construisons-nous les frontières ? Une étude sur la sécurisation de l’immigration en Europe
Mardi 14 juin à 19h
Amanda Da Silva, chercheuse en migrations internationales, analyse les politiques migratoires de l’Union Européenne, à travers la notion de « sécurisation de l’immigration ». Ce courant théorique vient de l’école d’études critiques de la sécurité et a pour concepts centraux : menace, sécurité et frontières. Par la notion de sécurisation, l’immigration est conceptualisée par la communauté politique comme une source d’insécurité. Des frontières sont érigées pour protéger une société où les discours et les politiques migratoires restrictives cristallisent l’image de l’immigrant en tant que menace. Cette recherche révèle que l’absence d’accueil de la part des États et le manque d’information généralisé servent la construction de camps où les réfugiés sont à la merci du marché de l’immigration clandestine et de la violence.

ATELIER La danse commence avec ce que nous sommes
Mardi 14 juin de 14h à 16h
Une danseuse et un acrobate de la compagnie partagent le processus de création du spectacle Dites à ma mère que je suis là. Dans un croisement des cultures, celles du cirque, du théâtre et de la danse, explorant le corps comme outil de langage universel, l’atelier garde en toile de fond les notions d’échange et de bienveillance à l’égard de l’autre. Il s’agit d’utiliser les différences de chacun pour avancer ensemble,
en groupe. Le travail s’élabore à partir d’improvisations explorant des thèmes, des mots clés, des verbes d’actions issus de la création.

Consulter le Blog Passeur d’hospitalité - de Philippe Wannesson : Ici

visuel ©MartineCendre