Montrez moi quelque chose que je n’ai jamais vu
A. MANIFESTE
en savoir +
fermer
danse

A. MANIFESTEOrphée n’est pas là

pièce chorégraphique et théâtrale, tragique, poétique, comique, lyrique et physique pour trois interprètes .

pièce chorégraphique et théâtrale, tragique, poétique, comique, lyrique et physique pour trois interprètes .

Malgré tout, sur cette planète, des humains dansent encore pour faire bouger l’invisible et exorciser les maux, chantent encore pour attendrir le cœur d’une chamelle et calmer les cieux. Ils aiment être au monde là où ils sont. Ils dépendent de peu et jouissent de tout....Mais, depuis toujours, sans doute, un désir pressant occupe une autre partie de l’humanité, un désir très contemporain : fuir le réel.
Quel est-il ce réel ? A force de vouloir le fuir, le réel ne se serait-il pas atrophié ? Quelle est-elle, cette réalité, celle qui nous aveugle et que l’on veut fuir à n’importe quel prix... N’y a-t-il pas autant de réalités que de mondes vivants ? Autant de mondes qui s’ignorent et qui pourtant dépendent les uns des autres... N’opposons-nous pas nos réalités imaginées au réel si brutal ?
Orphée n’est pas là pour nous parler de ses visions terribles ni de paradis imaginés et tant désirés et c’est tant mieux .
Tous les mystères et l’effrayante beauté sont ici, partout, dans notre propre monde, celui que l’on souhaite redécouvrir, réexplorer, revisiter une dernière fois encore.
Nous cherchons une forme pour nous dire ça, nous démonter et remonter ça, le partager.

distribution / Isabelle saulle , François Testory, Adolfo Vargas
auteur dramatique : Philippe Saulle.
conception et réalisation plastique : André Cervera
conception et réalisation costumes : Catherine Sardi
création musicale : Vincent Ferrand
régie générale : Christian Toullec
création lumière : Christian Toullec et Johana Moaligou "administration : Françoise Sarremejane

Ateliers de pratique artistique Avec nos mots et nos corps

Quelle est-elle, cette réalité, celle qui nous aveugle et que l’on veut fuir parfois à n’importe quel prix. N’y a-t-il pas autant de réalité que de monde vivants, innombrables qui se croisent et s’ignorent dans le même territoire.
En quatre rendez-vous de 2h chacun, nous allons croiser en alternance deux formes d’écriture ; celle des mots et celle du corps pour explorer et fabriquer des "réalités" personnelles et collectives, reproduites ou imaginées... Concentration, création, friction et réaction.

atelier d’écriture, les lundis 15 et 22 septembre, de 14h à 16h atelier chorégraphique, les vendredi 19 et 26 septembre, de 9h30 à 11h30.

• Lundi 15 septembre 2008 « Contester le réel. » (Observer, dire, écouter, construire avec de quoi écrire)

"A partir de quelques objets divers, simples ou étranges, posés parmi nous, chacun élabore une courte histoire de quelques lignes sur l’objet ou les objets de son choix. Chacun peut aussi simplement tenter de décrire l’objet. Choses naturelles ou façonnées par l’homme ou indéfinissables... une sorte d’appareil, une pierre, un vieux pantin, un bout de quelque chose, etc...
Ces textes courts sont ensuite lus au hasard puis, ensemble, nous tenterons d’élaborer un texte commun, pour la construction d’une histoire, une fiction, qui pourrait relier ces objets, les assembler malgré leurs profondes différences.
Ce premier texte de quelques lignes glanées au travers des divers textes recueillis évoluera dans un deuxième temps vers un poème. Cette transformation opère un resserrement des « images » pour donner une certaine densité aux phrases afin de les muer progressivement en vers. Les jeux de rimes et de pieds seront éventuellement abordés si le groupe le juge utile à la finalisation du poème. A la fin, imaginer un titre."

• Lundi 22 septembre 2008 « Contester l’imaginaire » (Dire, se faire entendre, être compris, lire, réajuster)

"Quelques participants à l’atelier (10 à 12 maximum) m’apportent préalablement un petit objet personnel de leur choix, le matin, par exemple ou la veille. Chacun d’eux me raconte cet objet personnel en quelques minutes pendant que je prends des notes sur mon carnet. Je rédige ensuite pour chacun de ces objets un texte court qui le décrit ou le raconte selon ce que j’ai moi-même entendu puis interprété.
Je force mon interprétation.
Durant l’atelier, je restitue sous chaque objet le texte qui lui correspond. Chaque propriétaire d’objet à la lecture de mon texte signale et tente de formuler les incompréhensions qui apparaissent entre ce qu’il m’a raconté et ce que j’ai restitué. Les textes sont ensemble corrigés, annotés pour en élaborer une nouvelle version."
Philippe Saulle

- CDC (Toulouse), 3bisf, Théatre de la digue, CCN de Rillieux la Pape, Auditorio de Tenerife

K3MK COMPAGNIE
en savoir +
fermer
danse

K3MK COMPAGNIELes pièces détachées

Les pièces détachées
Les Pièces Détachées est un projet de trois spectacles, série de situations performances. Karry Kamal Karry cherche dans ce projet à développer une écriture poétique, en utilisant la danse, le théâtre, la vidéo et la musique et en explorant le langage scénique dans son ensemble.

"Kess Kiss Pass ? Trois Fois Rien" ou "Comment sauter par-dessus son ombre quand on en a plus ?" la question du double, de l’autre est le fil conducteur de cette recherche.

Suite for solo est une commande à 2 chorégraphes africains. The French suites... est une chorégraphie de et avec Karry Kamal Karry. Code k3mk 003 TFR est une performance installation issue de cette démarche.

Spectacle/création

Suites for solo

SPECTACLE ANNULÉ

le 29 Mai à 21h et le 30 Mai à 19h
Commande à 2 chorégraphes africains : Opiyo Okach, Nacera Belaza, de 2 solos pour Karry Kamal Karry.

La trilogie des pièces détachées tentera de suggérer à nos imaginaire de procéder par associations d’idées, reconnaissance ou projections de nos propres références et de notre expérience du monde. Le concept des pièces détachées n’est pas un objet, mais un territoire inscrit dans le temps.

The French suites

le vendredi 7 Novembre à 21h et le samedi 8 Novembre à 19h

Karry Kamal Karry, auteur, mise en pièces scénographie, lumières - Assistant direction artistique, Yoshifumi Wako - Musique, Nicolas Cante - Vidéo, Mathieu Léger Vidéo, lumière, Tomek Jarolim

« Ce qui est lu en tête de chaque situation n’est pas sa définition, c’est son argument. (Argumentum, exposition, récit, sommaire, petit drame, histoire inventée), instrument de distanciation, pancarte, à la Brecht. Cet argument ne se réfère pas à ce qu’est l’autre et son ombre mais à ce qu’il dit ». KKK

Atelier

l’Atelier des Corps

Les mardis de 9h30 à 11h30, jusqu’au 21 avril

Cet atelier se nourrit de la recherche de Karry Kamal Karry autour de ce qu’il nomme la choréosophie Ce processus qu’il développe à travers ses créations touche au savoir-être, une démarche née du questionnement général sur l’homme et son rapport au monde. C’est une expérience singulière, une volonté de déconditionner le corps. L’atelier des corps propose à chacun de prendre son envol, de consolider sa propre forme, de regarder le corps en profondeur et peu à peu se donner de nouveaux contenus à danser, à jouer, à vivre, à penser.

Production : K3MK - Co-production : 3 bis f, Festival Seconde Nature, Danse Afrique Dense-Biennale 2009, CDC-La Termitière de Ouagadougou, New Prague Dance Festival, Festival of contemporary arts, Russie - Soutien : Studio de la Ville d’Aix, Ballet Preljocaj, accueil studio

CIE GENEVIEVE SORIN / LULLA CHOURLIN
en savoir +
fermer
danse

CIE GENEVIEVE SORIN / LULLA CHOURLINSur paroles

Ouverture publique sur la création en cours

Jeudi 2 avril à 15h30 et jeudi 14 mai à 15h30

Entrée libre sur réservations

Ouverture publique sur la création en cours

Jeudi 2 avril à 15h30 et jeudi 14 mai à 15h30

Entrée libre sur réservations

Deux danseuses. Elles parlent en dansant, parlent la danse, dansent la parole. Elles devisent sur le corps, le geste, la capacité, la maturité. Elles se questionnent comme elles ont questionné auparavant des femmes emblématiques de la danse : Françoise Dupuy et Elsa Wolliaston.

Geneviève Sorin et Lulla Chourlin, chorégraphes et improvisatrices, se retrouvent à un moment particulier de leur parcours sur des sensibilités et des envies communes.
Lulla Chourlin enseigne le Body Mind Centering, étudié aux USA avec Bonnie Bainbridge Cohen fondatrice du BMC. Elle rencontre le Contact Improvisation par Steve Paxton dans les années 80, puis la danse improvisée avec Julyen Halmilton et Simone Forti. Quant à Geneviève Sorin, son parcours d’improvisatrice est essentiellement fondé sur les liens spécifiques qu’elle entretient à la musique. Son chemin de chorégraphe, danseuse et musicienne traverse divers terrains d’improvisation, libre ou aléatoire structuré. Depuis 1981 à Marseille, Geneviève Sorin n’a cessé de composer, d’écrire, de chorégraphier, de jouer.

Elles choisissent d’avancer à deux et de convier, le temps de l’élaboration de cette pièce, les regards extérieurs de Christine Rodés, conférencière, pour la formulation des questions ; de Suzanne Joubert, auteur et témoin du processus de travail de création avec la complicité de Marie Lelardoux ; de Bastien Boni, compositeur sonore, de Pierre Auzas, aux lumières ; d’Alain Fourneau, metteur en scène, pour la synthèse globale.

La création se fera au 3 bis f les 26, 27, 28 novembre 2009

Ateliers

Ouvrir le questionnement sur la place et l’expérience du mouvement dans la vie et sur le corps qui porte cette expérience

Les 12, 13, 15 mai 2009 de 10h à 12h
et les 2, 3, 5 juin 2009 de 10h à 12h (ATELIERS COMPLETS)
Echanger sur le nomadisme transitionnel et perpétuel, la puissance aux confins de son être, la sensualité dans son rapport au monde, le déplacement des modes sensitifs, le silence, le vide, à partir d’une enquête, matière de questionnement pour notre prochain spectacle. Comment danser les questions, les réponses ? Comment danser les rythmes, les silences, le contenu, les mots ?

Coproduction, partenariat : MEAARI / Compagnie Geneviève Sorin – Compagnie Astragale - 3 Bis F - Théâtre des Bernardines - Le Merlan scène nationale – La Minoterie, Théâtre de la Joliette – L’Officina, Festival Dansem. L’association MEAARI/Compagnie Geneviève Sorin est subventionnée par la Ville de Marseille, le Ministère de la Culture - DRAC Provence-Alpes-Côte d’Azur, le Conseil Régional Provence-Alpes-Côte d’Azur, le Conseil Général des Bouches-du-Rhône et selon les projets reçoit le soutien de la Fondation de France, du CUCS Politique de la Ville de Marseille, de l’ADAMI et de la SPEDIDAM. La Compagnie Astragale est subventionnée par le Ministère de la Culture/DRAC de Franche-Comté, le Conseil Régional de Franche-Comté, le Conseil Général du Doubs, la Ville de Besançon et selon les projets reçoit le soutien de l’ADAMI. Remerciements chaleureux à Françoise Dupuy et à Elsa Wolliaston Crédit photo : Serge Ben Lisa

LA META CARPE
en savoir +
fermer
danse

LA META CARPEChaleur humaine

Présentation publique du spectacle en cours

20 mars à 15h
9 avril à 17h
10 avril à 15h COMPLET
10 avril à 15h45 COMPLET

Entrée libre sur réservations.

Présentation publique du spectacle en cours

20 mars à 15h
9 avril à 17h
10 avril à 15h COMPLET
10 avril à 15h45 COMPLET

Entrée libre sur réservations.

Chorégraphie et mise en images, Michaël Cros - Interprètes, Cendrine Gallezot, Kinga Samborska, Frederico Strachan, Gilles Viandier - Réalisateur multimédia, Luccio Stiz « De la fin du XIXe siècle jusqu’aux années 30, se développent en France et en Europe des expositions d’un genre particulier. Les zoos humains deviennent la vitrine d’une politique de colonisation débridée. Des villages de « sauvages » itinérants sont reconstitués et présentés devant un public avide d’exotisme. Dans le projet chorégraphique j’ai choisi de revisiter ce dispositif. Ici, le visiteur déambulant de cages en cages aura l’occasion de croiser différent types de corps dansants, des corps vivants, des corps marionnettes, des corps numériques. A travers ces rencontres entre divers modes de présence, se questionne la notion d’appartenance à l’humanité ». Michaël Cros.

Atelier

Corps froids / Corps chauds

25 février et 1er avril de 10h à 12h et de 14h à 16h

Travail d’improvisation autour des corps dansants (humain, marionnette ou filmé) à partir de la thématique du zoo humain.

Co-production : Le Merlan, Scène Nationale Marseille, 3 bis f, Vidéochroniques, Institut international de la marionnette

NUITS VAGUES
en savoir +
fermer
théâtredansePerformance

NUITS VAGUES

Nuits vagues, ce sont des propositions & des jeux borderline, ratés, indélicats, perturbés, précieux, indécents, surprenants, inquiétants, excitants, sous-estimés, improductifs, fragiles, politiques, maladifs, périlleux, grossiers, dégradants, poetiques, ambitieux, arrivistes, récalcitrants, énervés, parasites, magnifiés, hors propos. ...et autres diverses tentatives de corruption du paysage chorégraphique national et européen.

Avec :
Viviana Moin
Arnaud Saury
Joris Lacoste
Jeanne Revel
Amaïa Urra
Les Vraoums

Les 9 et 10 juillet de 21h à minuit
Tarif unique 6 euros

YANN LHEUREUX
en savoir +
fermer
danse

YANN LHEUREUXManifestement...

Dans le cadre du dispositif Tridanse
Ouverture sur une création en train de se faire

15 janvier à 15h COMPLET
Ouverture supplémentaire mercredi 14 janvier à 18h30

Dans le cadre du dispositif Tridanse
Ouverture sur une création en train de se faire

15 janvier à 15h COMPLET
Ouverture supplémentaire mercredi 14 janvier à 18h30

Chorégraphie, Yann Lheureux
Musique, François Richomme
Vidéo, Lionel Palun
Plasticien, Christophe Cardoën

Dès qu’il est touché par le sol, il ressent les quatre couches musculaires qui habillent ses pieds. Il se sent clandestin dans son propre corps. Il se cache à lui-même, ses gestes le submergent facilement, il pense ailleurs. Dans ce huis clos, les « spectres acteurs » seront à nos côtés. Il y a de l’incontournable dans cette situation, tout comme le sans papier, qui ne peut ni sortir dignement ni vivre de façon sereine.

Atelier

Vers l’improvisation
lundi 12 janvier de 10h à 12h
Cet atelier est en relation étroite avec la création du spectacle Manifestement... L’improvisation nous place d’emblée entre destinée et libre arbitre, impulsions souterraines et choix conscients. À partir de la relation aux différents systèmes du corps (organes, squelette,...) nous aborderons la présence, l’attention et l’écoute, les élans intérieurs, les enjeux externes puis nous nous mettrons en situation d’improvisation à partir de règles de jeux simples. Y. Lheureux.

Coproduction : Théâtre des Trois ponts, Castelnaudary. Cet accueil en résidence se fait au 3 bis f dans le cadre du dispositif Tridanse (3ème session), développé en synergie par le Citron jaune d’Ilotopie à Port Saint Louis du Rhône, le Vélo Théâtre à Apt et le 3 bis f. Consécutivement à une première partie de travail entamée au 3 bis f avec ouverture, le public est invité à suivre l’évolution de la création lors de deux rendez-vous : le 29 janvier à 19h au Citron jaune et le 10 février au Vélo Théâtre