Si la différence vous effraie, imaginez la conformité...
Saison 2019 - 2020
en savoir +
fermer

Saison 2019 - 2020Résidences d’été

En attendant d’ouvrir à nouveau notre porte au public en septembre, nous faisons d’ores et déjà notre possible pour maintenir certaines périodes de résidences afin de permettre aux artistes de poursuivre leur travail de recherche et de création tout en mettant en place les précautions indispensables à la sécurité sanitaire de tous.

Après deux mois et demi de fermeture et de télétravail, l’équipe du 3 bis f réinvestit les murs petit à petit à partir du 2 juin.

En attendant d’ouvrir à nouveau notre porte au public en septembre, nous reprenons l’activité des résidences afin de permettre aux artistes de poursuivre leur travail de recherche et de création tout en mettant en place les précautions indispensables à la sécurité sanitaire de tous.

Résidences de l’été

//// ARTS VIVANTS

Cie Émile Saar / Marie Lelardoux
En résidence du 8 au 13 juin puis 24 août au 5 septembre 2020

Cie Ko.com/ Manon Avram
En résidence du 15 au 27 juin 2020

Edith Proust & Laure Grisinger
En résidence du 7 au 17 juillet

Anima Motrix Emma Gustafsson et Lauren Hatat
En résidence du 7 au 15 sept

//// ARTS VISUELS

Marie Ilse Bourlanges, Elena Khurtova
En résidence de création
Juin, juillet, août 2020

Exposition à venir Displace
5 septembre, 17 octobre 2020

Hélène Bellenger, Charlotte Perrin
En résidence de recherche et création
Juin, juillet, août 2020

Exposition à venir Plaisir Solide
Avril 2021

Saison 2020-2021
en savoir +
fermer

Saison 2020-2021A vous de voir

Le programme de la saison 2020-2021 sera en ligne dès le 10 juillet.

Ouverture de saison
Vendredi 18 septembre à 13h30

Le programme de la saison 2020-2021 sera en ligne dès le 10 juillet.

Ouverture de saison
Vendredi 18 septembre à 13h30

COMPAGNIE EMILE SAAR I  MARIE LELARDOUX
en savoir +
fermer
théâtreArts vivants

COMPAGNIE EMILE SAAR I MARIE LELARDOUX INTÉRIEUR - TABLE ( SUR LE JOUR FUGACE )

(Réorganisé cause covid 19 : résidence maintenue sans ouvertures au public)

(Réorganisé cause covid 19 : résidence maintenue sans ouvertures au public)

Artiste en connivence pour la saison 2019 > 2020

’S’il y avait un peu de silence, si on faisait tous un peu de silence, on comprendrait peut-être quelque chose.’ Sur quelques films vraiment sonores d’Aimé Agnel

SORTIE DE RÉSIDENCE | Jeudi 4 juin 2020 à 19h
PROJECTION EN LIEN | Salé sucré, Ang Lee, 1994
Mardi 10 décembre à 20h
( précédée d’une conférence de Pascal Alex Vincent sur la cuisine dans le cinéma asiatique à 18h suivie d’une dégustation proposée par cinémas du Sud Tilt )
Institut de l’image, Aix-en-Provence

Intérieur – table déploie une écriture théâtrale autour de la table de famille. Tout autant des moments à table au sein de la maison familiale que de leurs hors-champs : ce qu’on ne voit pas, ce qu’on devine, ce qui structure notre être, l’individu de chacun et de ses liens. Chacun est constitué de son histoire individuelle et privée avec le moment du repas de famille. Tisser le vivant et l’anecdotique quotidien pour dire le silence entre de si proches inconnus. Représenter la pudeur de l’intimité. Les écarts de nos amours. Mettre à jour ce qui échappe de nos agissements. Face à une représentation de la boucle du temps, de l’insaisissable humanité qui galope et se transforme sans cesse : revenir à la table. Étirer le temps, détailler tous les gestes et les pas, écouter ensemble le silence, la radio, dire un poème, ou se parler de peu, des petits riens ; puis danser, courir, mettre le couvert, déplacer les quelques meubles, construire. Mettre en scène une suite d’instants. Le spectacle compose son propre ’rituel’. Dans une impression de déjà-vu, mêlant les vivants et les morts, il vise à tirer le portrait des multiples facettes de notre être.
Intérieur – table prend sa source dans le cinéma. Non pour adapter un seul film sur scène ou pour refaire du cinéma sur une scène de théâtre, mais pour fabriquer (par la collecte d’extraits de cinéma) une matière sensible proche du vivant. Chacun ayant sa propre histoire ou non-histoire avec les œuvres explorées, il ne s’agit en rien de les reconnaître, mais plutôt de se retrouver dans cette culture commune..

Conception et mise en scène : Marie Lelardoux en étroite collaboration et avec : Anne-Sophie Derouet, Johanna Giacardi, Vincent Joly. Univers sonore : Josef Amerveil. Scénographie, construction et accessoires : Audrey Ruzafa et La Fonderie. Costumes : Sara Bartesaghi Gallo. Administration : Valérie Lefebvre. Stagiaires : Nina Batlaj et Anaëlle Salgueiro. Remerciements à Élie Baissat, Éric Goudard, Leïla Lemaire, Nathalie Quentin.

Coproduction : 3 bis f lieu d’arts contemporains, Théâtre Joliette / résidence Lenche - Avec le soutien du Théâtre Antoine Vitez, La Fonderie, La Déviation, La Gare Franche / Merlan, Théâtre Fontblanche.

SESSIONS | Histoires d’une table
Les jeudis 10 octobre, 7 novembre, 19 décembre 2019 et 16 avril 2020 de 11h à 16h avec repas performés
Participation aux frais du repas : 5€ -Gratuité usagers du Centre Hospitalier Montperrin

Un abri. Le temps d’une ’saison’, comme on les appelle. Trouver refuge, là, dans ce lieu d’arts, une fenêtre au sein de l’hôpital, lui-même inscrit au sein d’une ville, elle-même simple point au cœur d’une région, elle-même morceau d’un pays, lui-même partie d’un grand tout. Rester là, à notre échelle de fourmis, et - pendant quelques semaines tout au long de cette année – déplier ensemble les paysages de toutes les tables à manger de nos vies. Être reçus et, en retour, recevoir. Partager une table et des récits, voilà ce à quoi nous vous invitons. Raconter le quotidien et inventer de grands jours. À moins que ce ne soit l’inverse... À suivre
THÉÂTRE, ÉCHANGES, LECTURES, CINÉMA, CUISINE

Photographie : Nicéphore Niépce

 ÉDITH PROUST
en savoir +
fermer
ClownArts vivants

ÉDITH PROUST Georges II

(Réorganisé cause covid 19 : résidence maintenue sans ouvertures au public)

(Réorganisé cause covid 19 : résidence maintenue sans ouvertures au public)

Résidence de création novembre 2019 > mai 2020

Voir l’univers dans un grain de sable / Et un paradis dans une fleur sauvage / Tenir l’infini dans la paume de la main / Et l’éternité dans une heure - William Blake

PRESENTATION PUBLIQUE | Vendredi 29 mai 2020 à 15h

Dans Le Projet Georges, Georges cherchait l’Endroit. Aujourd’hui elle veut rejoindre la foule. Mais une foule à son image – inaire. Georges est un clown, un être de peinture - de par son maquillage et son travestissement - un être hors norme ; et nous souhaitons approfondir la présence et la manipulation de peinture et de matière sur scène. Nous voulons nous lancer le défi d’un clown bâtisseur. L’être humain est un projet non-achevé. Georges dans sa toute-puissance mégalomaniaque veut finir de l’inventer. Il est ici question d’une création démesurée d’un jardin, d’un monde, d’une cosmogonie. Lorsque nous avons découvert l’Art Brut, nous avons tout de suite pensé à Georges. Elle aurait pu faire ça. Cette figure du clown, une sensibilité pure, ou un état d’écriture poétique pourrait-on dire, nous permet d’entamer un travail sur le langage. Comment par cet être des bordures se développe une nouvelle syntaxe, un nouveau rapport au monde et donc au mot.

Dramaturgie, écriture et mise en scène : Laure Grisinger
Jeu, écriture et mise en scène : Edith Proust

Partenaires : Mairie de Paris

SESSIONS | Et si j’étais un clown je serais quoi ?
Les 27, 28 novembre 2019 - 18, 19, 20 février
et 20 mai 2020 de 10h à 12h

Nous envisageons le clown comme un démultiplicateur de possibles qui se modèle lui-même et construit et déconstruit le monde pour le façonner tel qu’il le voit, tel qu’il le veut. C’est ce champs des possibles joyeux que nous ouvrons ensemble. Et lorsque nos silhouettes auront pris vie nous irons nous balader pour voir..... si j’étais clown ce serait comment dehors ?
CLOWN, MOUVEMENTS, THÉÂTRE

https://www.facebook.com/Georges-18...

©DR

ELENA KHURTOVA ET MARIE ILSE BOURLANGES
en savoir +
fermer

ELENA KHURTOVA ET MARIE ILSE BOURLANGESDISPLACE

Résidence maintenue en partie de juin à août 2020. Exposition reportée.

Résidence maintenue en partie de juin à août 2020. Exposition reportée.

EXPOSITION | 6 juin > 25 septembre 2020
Du mardi au samedi de 14h à 18h et sur rdv. Entrée libre.
Le 3 bis f sera fermé du 27 juillet au 18 aout 2020

VERNISSAGE | Samedi 6 juin 2020 de 11h à 13h
Ouverture exceptionnelle de 14h à 18h

Pour adresser les thèmes du déplacement, de la disparition et de la fragilité de l’esprit, le duo d’artistes Marie Ilse Bourlanges et Elena Khurtova développe un opéra expérimental qui réunit texte, voix et terre.
Par le cas particulier des “earth banks”/« banques de terre » - système de régulation et de redistribution des volumes de terre dégagés lors de travaux d’excavation - le duo d’artistes cherche les qualités narratives et transitoires de la terre comme matière et sujet de déplacements. Leur approche sensible d’une terminologie liée à la terre et au sol révèle un potentiel évocateur touchant à l’identité, à l’économie des ressources naturelles et au territoire.

A cette recherche s’entrecroise le récit du personnage d’Ilse, une femme allemande placée de force à l’hôpital psychiatrique de La Timone en 1950. Pour donner une parole à cette présence silencieuse et reconstituer son histoire manquante, Khurtova & Bourlanges composent et interprètent des textes qui parcourent son existence imaginée comme un paysage versatile et vulnérable.

Une réflexion sur la fragilité des conditions humaines et environnementales induites par les migrations qui traverse une géopolitique de la région marseillaise.

Cette exposition est réalisée dans le cadre de Manifesta 13 Marseille Les Parallèles du Sud. Avec le soutien de la Région Sud, du Mondriaan Fonds et de Stichting Stokroos.

SESSIONS | Mêler et mélanger
Vendredi 31 janvier, mardi 28 et jeudi 30 avril, vendredi 15 mai de 14h à 16h
Chaque participant est invité à amener une poignée de terre pour évoquer sa relation à cette matière. En parallèle, le duo franco-russe propose une exploration de la musicalité d’un texte en langues multiples par des exercices de lectures performatives.
TACTILITÉ | RÉCITS | ÉCHANGES

www.marieilsebourlanges.com
https://www.elenakhurtova.com
www.theskyisontheearth.com
Visuel © Bourlanges and Khurtova

CHARLOTTE PERRIN
en savoir +
fermer
arts visuels

CHARLOTTE PERRINComposition variable

Résidence maintenue en partie. Sans ouvertures au public jusqu’à juillet.

Résidence maintenue en partie. Sans ouvertures au public jusqu’à juillet.

Artiste en connivence pour la saison 2019 > 2020

« J’ai mis le tableau sur le mur pour oublier qu’il y avait un mur, mais en oubliant le mur, j’oublie aussi le tableau. (..) Les tableaux effacent les murs. Mais les murs tuent les tableaux. Ou alors il faudrait changer continuellement, soit de mur, soit de tableau, mettre sans cesse d’autres tableaux sur les murs, ou tout le temps changer le tableau de mur. » Georges Perec, espèces d’espace

Charlotte Perrin s’intéresse aux processus de fabrication des objets, leur matérialité et leurs usages. Elle utilise consciemment des matériaux marqués par un aspect fonctionnel et esthétique, qu’elle analyse, travaille et recompose, parfois combine avec des images photographiques, afin de révéler leurs particularités et qualités plastiques. Sa pratique artistique investit aussi bien les champs de la photographie que de l’installation. Pendant sa résidence, Charlotte Perrin souhaite utiliser l’atelier comme un espace évolutif, où différentes matières et formes cohabitent, s’imbriquent et se transforment en continu. L’artiste documente les différentes phases de transformation de l’espace et les formes sculpturales qui en émergent.

SESSIONS | Composition variable
Mercredis 5 - 12 - 19 février, 11 - 18 mars, 8 - 15 avril, 13 - 20 - 27 mai, 17 - 24 Juin 2020 de 14h à 16h
— SESSIONS DE MARS ANNULÉES —

L’atelier de recherche devient, au cours de la résidence, un lieu de collecte et de mutation de formes et matériaux, ouvert au public et en évolution constante. Les visiteurs sont invités à proposer des objets et matériaux qui peuvent être utilisés par l’artiste. L’espace se remplit et se transforme tout au long de la résidence. Chacun peut ainsi observer et participer, échanger et commenter. Une occasion de regarder et de réévaluer les matières et formes du quotidien à partir d’une approche plastique plutôt qu’usuelle.
COLLECTE, DON, MATERIAUX, TRANSFORMATION, ÉVOLUTION, DOCUMENTATION

www.charlotteperrin.com

©Charlotte Perrin

KO.COM I MANON AVRAM
en savoir +
fermer
danseArts vivants

KO.COM I MANON AVRAM STEPS

(Réorganisé cause covid 19 : résidence maintenue sans ouvertures au public)

« »(Réorganisé cause covid 19 : résidence maintenue sans ouvertures au public)

Résidence de création juin > juillet 2020

« Bienvenu chez vous, mais n’oubliez pas que vous êtes chez nous »

PRÉSENTATION PUBLIQUE | Jeudi 2 juillet 2020 à 15h et 19h

Pièce pour 2 danseuses et une centaine de chaussures

Début 2016, Idoméni, petite ville en Grèce à la lisière de la frontière avec la Macédoine. Tout prés, un camps a été construit autour d’une voie de chemin de fer (pour des transports de marchandises) où séjournent environs 15000 migrants, en attendant de passer pour se diriger vers l’Allemagne.
Maria Kourkouta, jeune réalisatrice et sa collaboratrice poète Niki Giannari se retrouvent presque par hasard dans ce camp, au moment où la Macédoine et d’autres pays ferment définitivement les frontières de l’Europe.
Elle filmera pendant quinze jours, ces gens bloqués, empêchés juste d’aller plus loin, alors que les trains de marchandises, eux, traverse la frontière. En réaction, certains s’installent pacifiquement sur les voies, paralysant le trafic ferroviaire.
« Des spectres hantent l’Europe » est présenté comme un documentaire, mais ces images nous révèlent bien plus que l’exposition de ce camp. En laissant parler les corps, c’est avant tout un regard poétique et politique, sur l’histoire de la migration qui nous est proposé dans ce film. Un regard sur la ténacité de ces survivants, inventeurs d’un avenir dans la plus grande pauvreté, comme l’indiquent les deux réalisatrices.
STEPS entièrement construit autour de ce documentaire, tentera de restituer ce/ces regard-s au plateau, avec seulement deux femmes et une centaine de chaussures.

Avec : Fanny Avram et Mélanie Vénino
Chorégraphie : Manon Avram
Lumière : En cours
Musique : Jérome Lapierre
Scénographie plastique : Collectif KO.com
Regard Extérieur : Maria Kourkouta
Régie générale et régie plateau : Manuel Buttner
Régie son : Loïc Lambert

SESSIONS | Il serait temps qu’on se regarde
Jeudis 18, 25 et mardi 30 juin 2020 de 10h à 12h

L’équipe du collectif KO.com propose une rencontre sur de la pièce STEPS, créée à partir du documentaire de Maria Kourkouta « Des spectres hantent L’Europe ».
Cette rencontre s’organisera autour de deux éléments de recherche menés pendant la résidence : Une exploration en groupe sur le couple déplacement – attente, directement liée au travail mis en place sur la relation du film au plateau.
Une recherche avec chacun des participants sur la place du témoignage corporel : écrire le mouvement à partir d’un souvenir lié à une émotion.
DANSE - DISCUSSION

www.collectifko.com

© Manon Avram