Montrez moi quelque chose que je n’ai jamais vu
Saison 2018-2019
en savoir +
fermer

Saison 2018-2019

Il est des expériences, toutes personnelles, qui jouent un rôle fort, voire fondateur, dans la vie de ceux qui les tentent. Rencontrer un artiste, une équipe d’artistes peut se révéler d’une rare intensité.

De même, pour des artistes, rencontrer des personnes curieuses de découvrir leur univers peut s’avérer extrêmement précieux dans leur démarche de création.
Et cette saison, les artistes reçus au 3 bis f, et que chacun est invité par la présente à rencontrer, ne lésinent pas sur leur désir et n’édulcorent en rien leur propos sur le monde ni sur leur objet de création :

Comment signer sa vie ?
Peut-on résister dans la douceur ?
Ne rien faire plutôt que faire ?
Cultiver sa maladresse ?
S’amuser à être sérieux ?
S’arrêter, continuer, recommencer ?
Considérer avec tendresse l’abîme qui nous habite ?

Décidemment ces artistes n’en finissent jamais de nous emmener vers des contrées inconnues. Et d’ailleurs n’est-ce pas le propre de l’artiste de poser et proposer un regard autre sur le monde tel qu’il tourne et dont notre nez, trop souvent collé sur le guidon, nous éloigne ?
Alors profitons en ! Profitons des artistes, de leurs passions, de leurs imaginations !
Laissons nous déplacer !
Mais cela n’est il pas risqué ?
Oui, c’est une démarche risquée ! Et c’est pour cela qu’elle est importante, alors jetons nous à l’eau, foin des certitudes, au feu les idées reçues, sus à la découverte de notre propre étrangeté.

Sylvie Gerbault

Il est des expériences, toutes personnelles, qui jouent un rôle fort, voire fondateur, dans la vie de ceux qui les tentent. Rencontrer un artiste, une équipe d’artistes peut se révéler d’une rare intensité.

De même, pour des artistes, rencontrer des personnes curieuses de découvrir leur univers peut s’avérer extrêmement précieux dans leur démarche de création.
Et cette saison, les artistes reçus au 3 bis f, et que chacun est invité par la présente à rencontrer, ne lésinent pas sur leur désir et n’édulcorent en rien leur propos sur le monde ni sur leur objet de création :

Comment signer sa vie ?
Peut-on résister dans la douceur ?
Ne rien faire plutôt que faire ?
Cultiver sa maladresse ?
S’amuser à être sérieux ?
S’arrêter, continuer, recommencer ?
Considérer avec tendresse l’abîme qui nous habite ?

Décidemment ces artistes n’en finissent jamais de nous emmener vers des contrées inconnues. Et d’ailleurs n’est-ce pas le propre de l’artiste de poser et proposer un regard autre sur le monde tel qu’il tourne et dont notre nez, trop souvent collé sur le guidon, nous éloigne ?
Alors profitons en ! Profitons des artistes, de leurs passions, de leurs imaginations !
Laissons nous déplacer !
Mais cela n’est il pas risqué ?
Oui, c’est une démarche risquée ! Et c’est pour cela qu’elle est importante, alors jetons nous à l’eau, foin des certitudes, au feu les idées reçues, sus à la découverte de notre propre étrangeté.

Sylvie Gerbault

LES ESTIVANTS I JOHANA GIACARDI
en savoir +
fermer
théâtreArts vivants

LES ESTIVANTS I JOHANA GIACARDILa révolte des branquignols

FEU !
CRÉATION
Mercredi 27 février à 20h
Jeudi 28 février à 19h

SESSIONS | La révolte des branquignols
Les mercredis de 14h à 16h
6 février, 6, 20, 27 mars - 3, 10, 17, 24 avril
15, 22, 29 mai - 5, 19, 26 juin

RENDEZ-VOUS DE SAISON | Cabinet des docteurs improbables (CDI)
2, 9, 16, 23, 28 mai de 10h à 18h

LA RÉVOLTE DES BRANQUIGNOLS
Artistes en connivence – septembre 2018 > juillet 2019
Résidence de création - février 2019

« L’Art ne doit pas permettre de masquer ses faiblesses mais peut s’avérer le moyen idéal de les manifester. »
Jean-Yves Jouannais ou Robert Filliou... à vérifier dans l’idiotie dans la caravane

À rebours d’un regard qui sépare l’amusement du travail, imaginant un espace où joie et occupations sérieuses ne font qu’un, convoquant Filliou et
son goût pour « rendre la vie plus intéressante que l’art » Les Estivants résident au 3 bis f tout au long de la saison 2018-2019.

FEU !
CRÉATION 4,50 € > 9 €
Mercredi 27 février à 20h
Jeudi 28 février à 19h

Un jeune metteur en scène en mal d’inspiration, hanté par les voix de Goethe, Camus, Fassbinder, confiné dans sa chambre de bonne depuis des semaines, multiplie les allers-retours frénétiques entre sa boîte à pharmacie et son whisky bon marché. Il s’interroge sur son devenir d’artiste, son œuvre et, plus généralement, la place de l’art dans la société.
« Qu’est-ce que l’Art ? Suis-je un artiste ? » radote t-il à voix haute.
Feu ! aborde avec joie la question du désir, de la nécessité dans la création mais aussi celle de la reconnaissance. Feu ! raconte sa propre histoire : celle d’une jeune compagnie pleine d’incertitudes et d’espoirs, d’attentes et de rêves. Comment dire au monde que nous préférons passer notre vie à la célébrer plutôt qu’à la comprendre ?

Textes : Johana Giacardi
Mise en scène : Johana Giacardi
Avec  : Valentine Basse, Julie Cardile, Maëlle Charpin, Anne-Sophie Derouet, Naïs Desiles, Johana Giacardi
Scénographie : Camille Lemonnier Costumes : Elise Py -
Régie son : Jules Bourret
Régie lumière : Camille Meneï
Production-diffusion : Lisiane Gether

SESSIONS | La révolte des branquignols
Les mercredis de 14h à 16h
6 février, 6, 20, 27 mars,
3, 10, 17, 24 avril
15, 22, 29 mai, 5, 19, 26 juin

S’attarder à être incapable, pas comme il faut, un peu bête et maladroit, voilà notre terrain de jeu. Parce qu’il y a une joie et une force poétique dans l’idiotie, il s’agit de trouver à la manière du clown, et à partir de quelques éléments scéniques - objets, accessoires, costumes, maquillage, musiques et textes - son branquignol intérieur.

RENDEZ-VOUS DE SAISON | Cabinet des docteurs improbables (CDI)
2, 9, 16, 23, 28 mai de 10h à 18h

Nous avons installé notre caravane dans la cour du 3 bis f et décidé de la convertir en cabinet de docteur, de mener en parallèle de notre vie de bohème une vie équilibrée de médecin. Psychanalyste de canapé, Coach de vie, Masœur-kinédésirédepersonne, Ophtalmo borgne, Acupuncteur et autres chinoiseries, Hypnotiseur, mais aussi Docteur en idiotie, Docteur en liberté, Docteur en carte postale, Docteur en appétit de vivre.
Entrée libre - Consultations sur rdv au 07 73 20 00 71

Les Estivants sont également complices du rendez-vous KANTOR : UNE TRAVERSÉE le samedi 22 juin.

Partenaires de Feu !
La Distillerie, Aubagne - La Friche la Belle de Mai, Marseille - Le Théâtre Antoine Vitez, Aix-en-Provence - 3 bis f - La Fabrique Mimont, Cannes

©JFM photographie

ELEONOR KLÈNE
en savoir +
fermer
arts visuels

ELEONOR KLÈNEThermocline & Co

SESSIONS | AquaAura®
Les jeudis de 10h à 12h
7 février, 7 mars, 4 avril, 2 mai et 6 juin

THERMOCLINE & CO
Résidence de recherche – septembre 2018 > juillet 2019

« Une civilisation dont la technologie est suffisamment avancée est la magie de la civilisation suivante. » Arthur C.Clarke

En milieu aquatique, la thermocline est la zone de transition thermique rapide entre les eaux superficielles, la surface, et les eaux profondes, les abysses. Littéralement entre deux eaux, c’est une zone interstitielle agitée quasi clandestine, activant flux et régénérescence, dans laquelle le soleil pénètre peu. Les pièces d’Eleonor Klène sont comme des implants métabolisés par une écriture science-fictionnelle qui, telle une glande, sécrète des formes et des gestes. Dans cette nouvelle fiction plastique, Thermocline & Co est une startup ambigüe œuvrant dans le domaine du développement holistique. Pour potentialiser votre incarnation et vivre la transformation quantique : Thermocline & Co, nous croyons au sens du sensible comme carte-mère.

SESSIONS | AquaAura®
Les jeudis de 10h à 12h
7 février, 7 mars, 4 avril, 2 mai, 6 juin

Infiltrez les activités mystérieuses de la startup Thermocline vers, pourquoi pas, un devenir « &Co ». Contactons nos inframondes et, à partir de nos paysages intérieurs, créons notre agence de voyages quantiques avec excursions de la conscience, formules p’tit-déj magiques, peignoirs d’aura, soins pour le corps en spa astral et offrandes pour G.O. éthériques. Entre écriture, méditations guidées, expériences énergétiques, dessin et confections diverses. Les coulisses de votre espace intérieur sont à perte de vue.

©Klene

CATHRYN BOCH
en savoir +
fermer
arts visuels

CATHRYN BOCHNous sommes les habitants de ces lieux où ça devient

SESSIONS | Nous sommes les habitants de ces lieux où ça devient.
Mardi 12, mercredi 13, jeudi 14 mars de 14h à 16h
Mardi 11, mercredi 12, jeudi 13 juin de 14h à 16h

NOUS SOMMES LES HABITANTS DE CES LIEUX OU ÇA DEVIENT.
Résidence de recherche – septembre 2018 > juillet 2019

Deleuze parle de la pensée comme un mouvement sur un territoire, quelque chose d’ouvert ...

La réalité géographique de l’homme c’est d’abord là où il est, l’environnement qui le convoque à sa présence. Elle induit la relation d’un corps et d’un espace, tous deux sensibles aux évolutions sociales, politiques, économiques, ou écologiques du territoire dans lequel ils s’inscrivent.
La recherche s’organise autour de cartographies, de plans, d’images aériennes ou d’archives, et à partir du lieu singulier de la résidence. Elle combine différentes échelles spatiales et différentes sources pour accéder aux représentations cachées du territoire.

SESSIONS | Nous sommes les habitants de ces lieux où ça devient.
Mardi 12, mercredi 13, jeudi 14 mars de 14h à 16h
Mardi 11, mercredi 12, jeudi 13 juin de 14h à 16h

Où sommes-nous dans cet espace que nous dit la cartographie ? Par les cartes nous percevons le monde vivant-changeant-mouvant. Nous sommes les habitants de ces lieux où ça devient.
Des cartographies intuitives ouvrent un espace d’expérimentation. Tracer, relever, coller, enlever, rajouter, effacer, repérer, raconter, ressentir, relier, scotcher, résister, rêver, inventer…

©JcLett

CÉCILE DAUCHEZ
en savoir +
fermer
arts visuels

CÉCILE DAUCHEZVIVANT

EXPOSITION | 16 mai au 5 juillet 2019
Vernissage | Mercredi 15 mai de 16h à 20h

PERFORMANCE | Polyphonie botanique
Mercredi 15 mai à 19h
Samedi 25 mai à 15h

SESSIONS | Polyphonie

Résidence de création – mars > mai 2019

« Moi, un jour, j’ai observé un boulanger au travail. Puis un forgeron, puis un cordonnier. Au travail. Et j’ai remarqué que l’utilisation de l’eau était essentielle à leur travail. Mais peut-être que ce que j’ai remarqué n’est pas important. » Robert Filliou

EXPOSITION | 16 mai > 5 juillet 2019
Du lundi au vendredi de 13h à 17h et sur rendez-vous. Entrée libre
Le 3 bis f est fermé le jeudi 30 mai.

VERNISSAGE | Mercredi 15 mai de 16h à 20h
performance polyphonique à 19h

Vivant réunit des œuvres récentes où formes, voix et points de vue se rencontrent, s’enchevêtrent et se superposent.

Le film Ça crève les yeux, d’après une idée originale de Jean-Luc Brisson, s’inspire du contexte de recherche de l’École Nationale Supérieure de Paysage Versailles-Marseille. Il est réalisé à partir d’une expérience de groupe captivante, que constitue la représentation picturale d’un lieu “connu” uniquement à partir de cartes IGN au 25OOOe, avant de la confronter au réel. Le paysage des massifs montagneux du Queyras (Hautes-Alpes) s’y dévoile dans toutes ses acceptions (cartographiques, picturales, narratives, géologiques), et occupe le rôle principal.
En pendant, une performance polyphonique autour de la reconnaissance végétale et du langage botanique, fruit d’une création expérimentale menée avec Cati Delolme, chanteuse et chef de chœur. Écrite et interprétée collectivement, l’œuvre est traversée par les influences de la polyphonie de tradition orale et de la poésie sonore.

PERFORMANCE | Polyphonie botanique
Mercredi 15 mai à 19h
Samedi 25 mai à 15h
Dans le cadre du Printemps de l’Art Contemporain
Conçue par Cécile Dauchez et Cati Delolme - 25’
Guidée par Cati Delolme

Interprétation et textes de : Cécile Berthoux, Jacqueline Cornille, Anna Fagot, Aure Girard, Joseph de Guillebon, Marco Isaia, Nakita Lameiras Ah-kite, Renaud Lecomte, Mathilde Letteron, Gaëlle Pranal, Martine Putz-Perrier, Tom Thierry, Bibiane Togande

SESSIONS | Polyphonie
Jeudi 21 et vendredi 22 mars de 14h à 16h
Deux rencontres entre reconnaissance botanique et création de formes d’écritures courtes qui jouent avec la rime et la répétition de sons : figures de style telles que l’allitération, l’assonance, la consonance, chants, récits.

Partenaires du projet : DRAC Provence Alpes-Côte d’Azur, École Nationale Supérieure de Paysage Versailles Marseille, Film flamme/ Polygone étoilé, Le chant du voisin, Botanique-Jardins-Paysage

© Cécile Dauchez

CAMILLE LLOBET
en savoir +
fermer
arts visuels

CAMILLE LLOBETSténoglossie

SORTIE DE TOURNAGE
Mardi 7 mai à 16h

SESSIONS | Sténoglossie
Mardis 26 février et 5 mars de 10h à 12h

STÉNOGLOSSIE
Résidence de recherche et production - janvier > juin 2019

« Je sais très bien à quelle vitesse et avec quelle force ces gars sont en train d’arriver vers moi, et pourtant ça à l’air d’une scène de cinéma ou d’une danse au ralenti. C’est beau. » John Brodie, Quarterback

SORTIE DE TOURNAGE Entrée libre
Mardi 7 mai à 16h

Comment retranscrit-on par la parole ce que l’on voit ? Comment cette transcription orale influence-t-elle nos manières de voir ? L’idée de ce projet est de mettre à l’épreuve le cinéma en expérimentant des manières de le décrire oralement en direct, un peu comme les commentateurs sportifs à la radio qui retranscrivent par la voix ce qu’ils sont seuls à voir. Le cinéma est aujourd’hui un mode de représentation commun de notre quotidien mais ne l’a pas toujours été. Lors de son invention, les spectateurs ont dû s’habituer à ce nouveau système de représentation : aux cadrages, aux mouvements de caméra et au montage. Aujourd’hui on regarde les films sans y prêter attention mais notre regard sur le monde est modifié par le cinéma.
À la suite de séries d’expérimentations et de recherches menées entre janvier et avril, un tournage d’une semaine se tiendra au 3 bis f.

SESSIONS | Sténoglossie
Mardis 26 février et 5 mars de 10h à 12h

Chercher, lors de séries d’exercices, à se prendre au jeu d’une expérience où l’on ne maîtrise pas tout et où l’on découvre des manières de raconter ce que l’on perçoit. Un atelier à tenter comme une aventure : une expérience intense et éprouvante, un peu comme une course ou un voyage dont on ressort un peu changé.

Partenaires : Fond régional d’art contemporain Provence Alpes-Côte d’Azur Mécènes du sud Aix-Marseille - Pi-Lab, ESADMM - L’Eclat, Prix Movimenta 2017, Nice

Visuel © Camille Llobet, Majelich, 2018, vidéo HD, extrait, photogramme. Production : aide à une recherche / production artistique du CNAP et de la FNAGP, Printemps de septembre.

OKAY CONFIANCE | ANNE LISE LE GAC, ARTHUR CHAMBRY
en savoir +
fermer
danseArts vivantsMusique

OKAY CONFIANCE | ANNE LISE LE GAC, ARTHUR CHAMBRYEN PLEINE FISSURE

SESSIONS | Ductus
Les 11, 12, 13, 14 mars, 25, 26, 27 juin de 10h à 11h

EN PLEINE FISSURE
Résidence de création - mars et juin 2019

« Et si les bébés ne peuvent pas supporter l’immobilité dis-je, comment, plus tard, serait-il possible, pour nous autres, de rester tranquilles ? » Bruce Chatwin

On s’est dit qu’on pourrait pratiquer le DUCTUS. C’était un mot nouveau pour nous. On l’a découvert dans le livre de Tim Ingold, Une brève histoire des lignes. Il en parle ainsi : un mode de lecture qui s’établit selon un TRAJET plutôt qu’un PLAN.
Les premiers auteurs du Moyen-Âge percevaient ce flux en terme de ductus, qui était un moyen de se frayer un chemin à l’intérieur d’une composition. On en a fait un chant-yaourt, une fontaine, une purée, une guinche, un faux-souvenir, un merle, une carte qui parle dans laquelle entrent en relation 4 figures/personnages. À partir de la rencontre
de ces individus, leur mise en situation nous mène à la production de gestes bâtards : récits de pratiques, images acoustiques, danses outils, chroniques comestibles, musiques sportives.

Conception et interprétation : Anne Lise Le Gac, Arthur Chambry
Collaboration et interprétation : Katerina Andreou
Interprétation  : Christophe Manivet

SESSIONS | Ductus
Les 11, 12, 13, 14 mars, 25, 26, 27 juin de 10h à 11h

Un rendez-vous quotidien est donné pour faire et converser. Danser, cuisiner, dessiner ou chanter : une invitation à faire des choses en parlant et à parler des choses en faisant.

Co-productions : Parallèle – Plateforme pour la jeune création internationale, Marseille (FR), Kunstenfestivaldesarts, Bruxelles (FR), Tanzquartier Wien (AT), Be My Guest - Réseau international pour la jeune création, Buda Kunstencentrum, Courtrai (BE), Arsenic - Centre d’art scénique contemporain, Lausanne (CH), 3 bis f - lieu d’arts contemporains, Aix-en-Provence (FR)
Accueils en résidence : La Villette (Établissement public du parc et de la grande halle de la Villette), Paris (FR), Montévidéo centre d’art, Marseille (FR), CENTRALE FIES_Art Work Space (IT), Friche La Belle de Mai, Marseille (FR), La Balsamine, Bruxelles (BE), 3 bis f - lieu d’arts contemporains, Aix-en-Provence (FR), Buda Kunstencentrum, Courtrai (BE)

©Alessandro Sala, Live Works 6, Centrale Fies, Dro, Italie, 2018

MATHILDE DADAUX
en savoir +
fermer
arts visuels

MATHILDE DADAUXODEUR DE SAINTETÉ

PERFORMANCE
Samedi 25 mai à 14h30
Mercredi 12 juin à 20h30

SESSIONS | Odeur de sainteté / réalité
Mardis 14 et 21 mai de 10h à 12h

ODEUR DE SAINTETÉ
Résidence de performance - 12 > 26 mai 2019

« There is poetry as soon as we realize we possess nothing. »
John (Left the) Cage)
« Il y a de la poésie dès lors que nous réalisons que nous ne possédons rien. »

PERFORMANCE Entrée libre
Samedi 25 mai à 14h30
Mercredi 12 juin à 20h30

Fruit du rêve que provoque l’évocation de son nom, Odeur de sainteté tente de réunir et de faire cohabiter différents discours ou énoncés allant à sa rencontre, qu’ils aient trait à des fonctionnements imaginatifs linguistiques, anthropologiques, philosophiques, théologiques, scientifiques, fictifs ou poétiques. Odeur de sainteté s’appuie sur les fois et croyances qu’offre le lieu de l’Hôpital Montperrin pour donner corps et expression à l’un des parfums les plus impalpables.

SESSIONS | Odeur de sainteté / réalité
Mardis 14 et 21 mai de 10h à 12h
Marche, parole, attention au corps, observation, nature, pensées Une invitation à nous réjouir de la rencontre avec l’extérieur. Au contact d’un environnement non humain (végétaux, minéraux,...) mais aussi très humain (notre groupe), nous observons nos singularités, nous donnons de la place à nos pensées, à notre toucher et aux mots prononcés comme manière de prendre soin de notre proche environnement mais aussi comme manière de lui être présent, dans notre corps, dans notre être.

©Nicolas Mars

PRINTEMPS DE L’ART CONTEMPORAIN
en savoir +
fermer
arts visuelsÉVÉNEMENT

PRINTEMPS DE L’ART CONTEMPORAINMathilde Dadaux | Cécile Dauchez | Cati Delolme

PERFORMANCES
Samedi 25 mai de 13h à 17h

PRINTEMPS DE L’ART CONTEMPORAIN
Samedi 25 mai de 13h à 17h - Entrée libre

11 édition du Printemps de l’art contemporain, porté par le réseau Marseille expos, dédié aux arts visuels, avec des expositions, mais aussi des parcours, rencontres, workshops, ouvertures d’ateliers d’artistes, concerts,... Le samedi 25 mai, les structures d’Aix-en-Provence et ses environs s’associent pour vous convier à une balade artistique propice aux rencontres de Aubagne, Châteauneuf-le-Rouge à Aix-en-Provence.

Au 3 bis f | Performances
14h30 Mathilde Dadaux
15h Cécile Dauchez et Cati Delolme

Retrouvez le programme complet du PAC et de la journée du 25 mai sur :
www.pacmarseilleexpos.com

CIE ITINÉRRANCES | CHRISTINE FRICKER
en savoir +
fermer
danse

CIE ITINÉRRANCES | CHRISTINE FRICKERCOLLECTIVE WORKS

SESSIONS | Connaître pour se reconnaître
Les mercredis 12, 19 juin et 3 juillet de 10h à 12h

COLLECTIVE WORKS
Résidence de création - juin et juillet 2019

« La seule réalité est celle que l’on ressent en soi même. »
Anna Halprin

3e volet d’un triptyque intitulé « Utopies d’hier, Utopies d’aujourd’hui », Collective Works explore le champ des utopies qui ont pensé des « lieux du bonheur », espaces
de démocratie, d’éducation, d’humanité... Par une plongée dans la philosophie d’artistes américains post-modernistes et de communautés comme le Black Mountain College, travailler à la formulation d’un « Nous » : nous pourrions parler aussi d’une microsociété, d’une tribu, ou même d’une collectivité.
Entre écriture chorégraphique et acte performatif, dans une proximité des « spect-acteurs », nous essayons de faire advenir un « groupe social et collaboratif » (Y. Rainer) : tester la confiance, questionner la responsabilité gravitaire au sein du groupe, dans la solidarité mais aussi dans la confrontation, chacun restant également libre de se détacher des valeurs collectives. Que faut-il pour qu’une communauté advienne ? Quel est notre impossible désirable ?

Conception : Christine Fricker
Danseurs et co-concepteurs : Yoann Boyer, Yendi Nammour, Jérôme Beaufils, Aude Cartoux

SESSIONS | Connaître pour se reconnaître
Les mercredis 12, 19 juin et 3 juillet de 10h à 12h

Initier un travail sur le poids dans une écoute de soi et du groupe : abandonner son poids, mettre en jeu une relation de confiance vis-à-vis de l’autre. Créer ensemble dans la coopération pour faire exister un espace sécurisant où chacun puisse s’exprimer en confiance.

©Jean-Claude Sanchez

TADEUSZ KANTOR
en savoir +
fermer
théâtreArts vivantsÉVÉNEMENT

TADEUSZ KANTOR UNE TRAVERSÉE

Samedi 22 juin 2019
Projections 14h > 23h | Banquet Kantor 19h

Samedi 22 juin 2019
Projections 14h > 23h | Banquet Polonitude 19h

PAF Banquet 9€

« Le théâtre est le dernier des lieux où l’on peut jouer un spectacle. » TADEUSZ KANTOR

Le 3 bis f invite Marie Vayssière et Ludmila Ryba à témoigner d’une expérience de travail auprès d’une figure majeure du théâtre contemporain.

C’est en Pologne, à Cracovie, en 1955, que Tadeusz Kantor (1915-1990) fonde le Théâtre Cricot 2.
Dès lors, pendant près de quarante ans Kantor et sa compagnie, « le théâtre ambulant » ou « la baraque foraine » comme il aimait la nommer, s’en iront inlassablement de par le monde...

Peintre, homme de théâtre, Kantor posait comme condition même de son activité le radicalisme en art : refus des pratiques courantes, traditionnelles, conventionnelles refus des compromis et des concessions. Sa démarche fut pétrie d’ironie, usant du sarcasme, de la dérision et du blasphème. Son art fut un dialogue constant avec le réel, mais dans un rapport nécessaire, obligé, avec l’illusion.

Kantor : une traversée, propose un après-midi et une soirée de projections choisies et présentées par Marie Vayssière et Ludmila Ryba, toutes deux comédiennes du Cricot 2.

Un banquet polonais scénographié par la Cie
Les Estivants nous offre de reprendre notre souffle avant de poursuivre cette plongée dans les films, commentaires et récits.

Extraits de captations de spectacles : La classe morte, 1975 - Wielopole,Wielopole, 1980 - Qu’ils crèvent, les artistes !, 1985 - Je ne reviendrai jamais, 1988 - Aujourd’hui c’est mon anniversaire, 1990
Film documentaire : 1 + 1 = 0, 2013

Accès en libre circulation de 14h à 23h
Entrée libre | Banquet 9€

Réservation indispensable pour le banquet
mediation@3bisf.com | 04 42 16 17 75

©Marie Vayssière

RENAUD PELLEGRINO | PRODUCTION ÉTUDIANTE
en savoir +
fermer
théâtreArts vivants

RENAUD PELLEGRINO | PRODUCTION ÉTUDIANTELE CHARME OBSCUR D’UN CONTINENT

PRÉSENTATION PUBLIQUE
Jeudi 27 juin à 15h et 19h

LE CHARME OBSCUR D’UN CONTINENT
Résidence de création - juin 2019

Dans le cadre d’un partenariat avec l’Université Aix-Marseille, le 3 bis f accueille Renaud Pellegrino pour la conclusion de son Master professionnel « Dramaturgie et écritures scéniques. »

« Dans les années cinquante, en Autriche, les gens avaient un rapport obsessionnel à la politesse. » Klaus Händl

PRÉSENTATION PUBLIQUE - Entrée libre
Jeudi 27 juin à 15h et 19h

Joachim désire Corinna, Corinna désire partir. Joachim désire le Nord, Corinna désire le Sud. Joachim détestait Marcel, Marcel a disparu, et Corinna a changé la baignoire. Elle bégaye, commet des lapsus, raconte des absurdités. Elle s’apprête à partir au Pérou. Se joue une langue précise et musicale, qui se déploie d’elle-même et qui fait se rejoindre l’humour et le macabre, le poétique et le prosaïque. Avec pour parti-pris de ne jamais montrer les visages des acteurs, le dispositif explore une mécanique de la dissimulation. Voyage donc, dans les corps de chacun, dans leur réalité la plus intime, dans leurs désirs, leurs haines, leurs hésitations.

D’après le texte de : Klaus Händl - Mise en scène : Renaud Pellegrino
Scénographie : Anaide Nayebzadeh, Thomas Gasquet - Jeu : Arthur Morvan, Océane Lutz
Régie Lumière : Alice Leclerc

©Thomas Greffeuille

ÉVÉNEMENT | LE 14 JUILLET 2019
en savoir +
fermer
théâtredanseÉVÉNEMENT

ÉVÉNEMENT | LE 14 JUILLET 2019CHUT...C’EST LA CHUTE

ÉVÈNEMENT
Dimanche 14 juillet

CHUT... C’EST LA CHUTE
Dimanche 14 juillet 2019

« Il faut sans cesse se jeter du haut d’une falaise et se doter d’ailes durant la chute. » Ray Bradbury

Chutes et déséquilibres sont depuis toujours sources de joie et de jubilation. L’art de tomber en beauté, mais aussi de se relever, de reconstruire, de réécrire autrement s’éprouve sur scène, comme dans la vie, dans l’altérité... dans l’exercice du cascadeur, de l’acteur, du poète ou du philosophe.
Un rendez-vous pour célébrer ensemble une fête nationale d’un nouveau genre et de tous les genres. Pour échanger, partager, danser debout sur les 3 pieds du 3 bis f : Art - Folie - Cité. Repenser nos manières d’être ensemble, de laisser circuler la parole, de faire résonner les voix, chanter, slamer, chuchoter... ou même se taire... pour mieux savourer.

Entrée libre
Banquet 9 € - Réservation indispensable. Pré-achat en ligne sur www.3bisf.com à partir du 31 mai.

©AlietteCosset