Bienvenue dans l’Europe de la diversité culturelle
DIANE GUYOT DE SAINT MICHEL
en savoir +
fermer
arts visuels

DIANE GUYOT DE SAINT MICHEL

ATELIER POUR QUEL MOTIF ?
Les jeudis 23 mars, 6 avril, 4, 18 mai, 1er et 15 juin
de 10h à 12h et de 14h à 16h

Résidence de recherche septembre 2016 / juillet 2017

ATELIER Pour quel motif ?
Les jeudis 23 mars, 6 avril, 4, 18 mai, 1er et 15 juin
de 10h à 12h et de 14h à 16h

Les textiles racontent des histoires. Elles sont cachées dans les motifs des tapis ou bien plus explicites, brandies sur les banderoles des manifestants. L’atelier « Pour quel motif ? » est le lieu où inventer des histoires courtes et simples, fictionnelles ou vécues, sous la forme de bandes dessinées. Cette étape d’écriture et de dessin constitue le point de départ pour la réalisation de bannières, drapeaux ou rideaux. Couture, teinture, spray, l’idée est d’expérimenter et de composer ensemble nos mots slogans et images motifs. Pour quel motif ? Une procession, une installation de tentures sur les murs d’une chambre ? C’est encore à imaginer, ensemble.

Visuel : © Diane Guyot.

IRIS DITTLER
en savoir +
fermer
arts visuels

IRIS DITTLERISSIR-

EXPOSITION
DU 2 FÉVRIER AU 31 MARS 2017

VERNISSAGE
MERCREDI 1er FÉVRIER DE 16H À 21H

PERFORMANCE | VENDREDI 31 MARS, SAMEDI 1ER AVRIL À 16H ET 17H
PERFORMANCE ET VISITE EN LANGUE DES SIGNES | SAMEDI 1ER AVRIL À 11H

SESSION ESPACES VOLATILES
LES MERCREDIS 26 OCTOBRE, 30 NOVEMBRE, 7 ET 14 DÉCEMBRE
DE 14H À 16H

Résidence de création - octobre 2016/mars 2017

EXPOSITION
DU 2 FÉVRIER AU 31 MARS 2017

Du lundi au vendredi de 13h à 17h et sur rendez-vous | Entrée libre
Le 3 bis f est fermé du 11 au 19 février

VERNISSAGE | Mercredi 1er février de 16h à 21h

PERFORMANCE | vendredi 31 mars, samedi 1er avril à 16h et 17h
PERFORMANCE ET VISITE EN LANGUE DES SIGNES | Samedi 1er avril à 11h

Les travaux d’Iris Dittler se situent au croisement de la danse contemporaine et des arts visuels. Elle cherche à tester des configurations perçues à l’intérieur du corps, des espaces, des points de tension, des qualités de surfaces et de matières internes et tente de les projeter graduellement dans l’espace qui nous entoure par des objets, des dessins et la performance. Elle construit, pour Daniel Dobbels, ce qui est plus qu’une voie ou une œuvre, un art de la sobriété dont les gestes constituent les plus discrètes alliances et jointures. Art tactile aussi bien que visuel, il évalue les conditions progressives, graves ou légères, à partir desquelles des formes naîtront, de plus en plus insolites, tenant compte pourtant d’un assentiment du corps. Démarche en ce sens tout autre que formelle, aucune des pièces que crée Iris Dittler n’existera définitivement ou passagèrement sans avoir reçu, en quelque sorte, l’aval heureux du corps. Corps ayant lui-même fait l’expérience de sa plasticité, éprouvé et pris le risque d’un jugement ou d’un droit que le mouvement dansé porte en lui. En quel sens le corps dit-il oui à un objet dont l’utilité n’est, d’évidence, pas immédiate et la valeur esthétique encore incertaine ? Iris Dittler décline et met au jour des choses induites par des attentes de corps où la sensibilité et la sensation, elles aussi, sont comme en état d’alerte.

SESSION Espaces Volatiles
Les mercredis 26 octobre, 30 novembre, 7 et 14 décembre
De 14h à 16h

Espaces volatiles est un atelier pour l’exploration plastique de l’espace corporel : percevoir son architecture intérieure, en déterminer les contours, interagir et en modifier le rapport de proximité. Prendre la cosa mentale en embuscade. Comment la « tension » dégagée par un objet artistique est-elle perçue par notre corps ? De quelles manières les informations visuelles et tactiles que nous collectons peuvent-elles impacter notre corps ? Quels gestes, mots, lignes surgissent comme impulsions à partir de cette exploration ?

Photographie © photo by Eva Asaad, 2015.

LES MATINS DU SAMEDI
en savoir +
fermer
Réflexion sans gravité

LES MATINS DU SAMEDIRéflexion sans gravité

Les samedis 26 novembre et 25 février
De 10h à 13h

Les samedis 26 novembre, 25 février 20 mai de 10h à 13h
Un rendez-vous le samedi matin pour ensemble débattre, converser, controverser et traverser de façon ludique les graves questions d’art, de psychiatrie et de citoyenneté. Une réflexion sans gravité mais pas en apesanteur.
Entrée libre et bienvenue sur inscription.

THIERRY LAGALLA
en savoir +
fermer
arts visuels

THIERRY LAGALLAEspériença Plata

SESSION ESPERIENÇA PLATA
Les jeudis 2, 16 et 30 mars, 13 avril, 11 mai, 8 et 22 juin de 14h à 17h
Les vendredis 28 avril et 19 mai de 10h à 12h

Résidence de recherche - janvier/juillet 2017

SESSION Esperiença plata
Les jeudis 2, 16 et 30 mars, 13 avril, 11 mai, 8 et 22 juin de 14h à 17h
Les vendredis 28 avril et 19 mai de 10h à 12h

L’Esperiença plata (The Flat Experience), c’est usiner, affleurer le réel pour en extraire le plus fin des copeaux. Attention, rien à voir, à faire avec le minimalisme, si répandu, qui laisse supposer que par économie d’expression une pureté, un absolu est à portée d’œuvre. Non, ici nous créons à l’ombre des pâquerettes, là où la trivialité, le banal, le commun, l’usé, le rebattu ne sont jamais vulgaires. Imaginez un atelier où le réel, au chevalet, réalise son autoportrait, où les choses et la Nature, dans une pure idiotie, pourront hurler à l’unisson : TOI-MÊME !

Visuel : © Thierry Lagalla.

MARIE OUAZZANI & NICOLAS CARRIER
en savoir +
fermer
arts visuels

MARIE OUAZZANI & NICOLAS CARRIERSÉANCE : INFUSION

EXPOSITION
DU 27 AVRIL AU 30 JUIN 2017

VERNISSAGE
MERCREDI 26 AVRIL DE 16H À 21H

CONFÉRENCE
MARDI 10 JANVIER À 18H30
AMPHITHÉÂTRE DE L’ÉCOLE SUPÉRIEURE D’ART D’AIX-EN-PROVENCE

SESSION EN PRÊT
LES MERCREDIS 11, 18, 25 JANVIER, 1er février et 3 mai
DE 14H À 16H

Résidence de création - janvier/juillet 2017

EXPOSITION
Du 27 avril au 30 juin 2017

Du lundi au vendredi de 13h à 17h et sur rendez-vous | Entrée libre
Le 3 bis f est fermé les 1er et 8 mai, ainsi que pour l’Ascension et la Pentecôte.

VERNISSAGE
Mercredi 26 Avril de 16h à 21h

Partis en cure au sein du Centre Hospitalier Montperrin, Marie
Ouazzani & Nicolas Carrier proposent une exposition où il fait bon vivre, flâner et attendre, tout en dégustant une infusion inventée lors de leur séjour. Dans leur nouveau film, se croisent différentes médecines alternatives comme autant de formes de résistance qui contestent l’évidence des pratiques dites scientifiques ainsi que l’architecture disciplinaire de l’espace hospitalier. Par le déplacement et le collage d’objets liés au contexte de l’hôpital, ils rendent à l’espace d’exposition sa fonction d’espace de circulation et mettent en crise la place de l’artiste en résidence, la notion travail et la productivité pour privilégier un ex-centrisme méditatif.

"Formant duo depuis 2015, Marie Ouazzani et Nicolas Carrier sont des artistes-explorateurs qui voyagent plutôt léger, privilégiant les ressources matérielles et cognitives des différents lieux qu’ils investissent avec une curiosité féconde. Qu’ils s’inspirent de l’histoire d’une ancienne école coréenne pendant la colonisation japonaise ou du motif de la ruine à travers les restes des expositions passées d’un lieu d’art à Amman, leur économie de travail est la même : utiliser au maximum ce qui est présent, agencer objets et documents trouvés sur place pour rendre visibles des fantômes de l’histoire. Des fantômes fugitifs et évanescents, dont l’identité trouble est fondée sur la libre association d’objets et d’images révélant des couches sédimentaires de la culture. Une forme d’érudition libre, éclatée dans l’espace sur le mode du collage iconographique qui fait sculpture." Guillaume Désanges

CONFÉRENCE
Mardi 10 janvier à 18h30, amphithéâtre de l’école supérieure d’art d’Aix-en-Provence
Entrée libre dans la limite des places disponibles

SESSION En prêt
Les mercredi 11, 18, 25 janvier et 1er février
De 14h à 16h

Prendre part au comité de rédaction formé pour l’occasion, créer des images à partir des archives du 3 bis f et ainsi élaborer ensemble une publication. À partir de différentes méthodes de collages via le photogramme, la photocopie et le découpage, il s’agit dans l’atelier « En prêt » de comprendre comment les traces du processus créatif font patrimoine et comment nous pouvons nous les réapproprier afin de les réintroduire dans une édition présentée en fin de résidence.

SESSION En prêt#2
Mercredi 3 mai de 14h à 16h
Pour cette dernière rencontre, les participants sont invités à revenir sur les questions soulevées durant les quatre sessions de janvier. Il s’agira de développer une pensée autour des archives, de leur rôle et de la pertinence de leur réappropriation. Il sera ainsi question de recyclage et de réincarnation pour lancer le travail de mise en page et de publication de l’édition qui sera présentée autour d’une infusion le samedi 10 juin.

Visuel : © Marie Ouazzani & Nicolas Carrier.

DANIELLE BRÉ | IN PULVEREM REVERTERIS
en savoir +
fermer
théâtreArts vivants

DANIELLE BRÉ | IN PULVEREM REVERTERISLes trois soeurs

SORTIE DE RÉSIDENCE
Vendredi 30 juin à 15h

SESSION APRÈS-MIDI CHEZ LES TROIS SOEURS
LES MARDIS 21, 28 FÉVRIER, 23 MAI ET 27 JUIN
DE 14H À 17H

Résidence de création février et juin 2017

SORTIE DE RÉSIDENCE
Vendredi 30 juin à 15h

D’après Anton Tchekhov - Traduction, adaptation et mise en scène : Danielle Bré Assistanat à la Mise en scène  : Romane Pineau
Avec  : Hélène Force, Stina Soliva, Laurène Fardeau, Mathieu Cipriani - Construction et coopération à la scénographie : Christophe Shave - Création Lumières : Manon Deplaix - Création Son et régie générale : Vivien Berthaud

Que se passe-t-il si l’on plante une grande oeuvre du passé dans un terrain nouveau appartenant à une autre époque, en l¹occurrence le contexte de création d¹aujourd¹hui ? Elle germe à nouveau car bien qu’accomplie et relevant d¹un autre temps, elle a gardé sa capacité de germination.
La proposition est faite aux spectateurs de jouer aux Trois Sœurs de Tchékhov avec les quatre acteurs et le musicien présents sur le plateau. Nous traversons cela comme une aventure au présent. Il s’agit d’éprouver les contradictions et les niveaux multiples de cette pièce, de la mettre en travail, et de nous mettre au travail avec elle. Irina, Macha et Olga sont trois personnages du théâtre sublimes et touchants mais aussi trois
femmes aveuglées et aliénées. Une fable russe évoquant une morosité datée mais qui, à bien des égards, ressemble à celle que nous traversons aujourd’hui. C¹est aussi une envie de futur qui n¹arrive pas à rompre avec le passé et la nostalgie, une belle histoire pleine de sensibilité et d¹empathie mais également la peinture cruelle et burlesque des impasses d’une société.

Partenaires : Théâtre du Bois de l’Aune, Aix en Provence - 3 bis f -
Théâtre Antoine Vitez, Aix en Provence - Forum Jacques Prévert, Carros - Théâtre Comoedia, Aubagne - Théâtre Joliette-Minoterie, Marseille

SESSION Après-midis chez les trois sœurs
Les mardis 21 et 28 février, 23 mai et 27 juin de 14h à 17h
Construire ensemble une auréole au travail de création mené par la compagnie en sollicitant l’expression des participants, en particulier sur les rapports de l’univers tchékhovien avec l’air du temps d’aujourd’hui : proposition d’improvisations, consignes d’écriture, traversée de processus de collaboration avec les actrices, expérimentation des poèmes de Michel Houellebecq.

La première séance sera consacrée au visionnage d’un film sur les Trois Sœurs réalisé en 1974 par Jean Prat. Dans un second temps, l’équipe artistique du projet nous propose d’opérer une collecte d’expressions autour des thèmes présents dans la pièce de Tchekhov. Partant de questions ouvertes : Quel est notre rêve de futur ? Quels sont nos poésies ou textes fétiches ? Dérives autour des personnages…

Visuel ©Tchekhov, 1898, by Osip Braz

TRIDANSE 2018
en savoir +
fermer
danseTRIDANSE (APPEL À PROJET)

TRIDANSE 2018Parcours Régional d’accueil en résidence de compagnie(s) chorégraphique(s)

Date limite du dépôt du dossier le 28 février 2017

Télécharger ici l’appel 2018

TRIDANSE est un dispositif d’accueil en résidence porté par des lieux singuliers et pluridisciplinaires qui ont décidé de mettre en commun leurs spécificités, leurs complémentarités, leurs différences, leurs savoir-faire et leurs moyens.

Le projet est porté par le Citron Jaune, Centre National des Arts de la Rue à Port-Saint-Louis du Rhône (13), le Vélo Théâtre, compagnie et lieu, Pôle régional de développement culturel implanté à Apt (84), le Théâtre Durance, Scène conventionnée à Château Arnoux (04) et le 3 bis f - lieu d’arts contemporains, à Aix-en-Provence.

TRIDANSE s’est donné pour objectif d’accompagner des projets artistiques :
• qui prennent en compte la dimension humaine et artistique des lieux d’accueil
• qui mêlent la danse à d’autres pratiques artistiques : arts plastiques, cirque, théâtre, philosophie, architecture, cinéma, paysage.
• qui explorent de nouveaux espaces, de nouvelles formes et de nouvelles écritures chorégraphiques qui recherchent de nouveaux rapports au public
• qui ne sont pas encore réalisés et pour lesquels il ne s’agit pas d’un simple projet de diffusion

Télécharger ici l’appel 2018

visuel © Laurent Garbit

LA COMPAGNIE DU I
en savoir +
fermer
ClownArts vivants

LA COMPAGNIE DU IBESAME (MUCHO)

CRÉATION
Vendredi 24 à 20h30
Samedi 25 mars à 19h

SESSION Le clown (ou qu’est-ce que je fais donc là ?)
Mardi 14 Mars de 14h à 16h

SORTIE DE RÉSIDENCE
Vendredi 24 à 20h30
Samedi 25 mars à 19h

Ecriture et mise en scène : Mathilde Dromard - Avec : Mathilde Dromard, Mohn Création - Son : Mohn - Lumière : Sébastien Piron - Conseils artistiques : Anne Gaillard, Sébastien Fayard, Caroline Obin

Silhouette dégingandée entre chignon tiré et talons haut-perchés, Séraphine débarque. Idéaliste hors-pair, d’une exigence rare, elle aime quand tout est bien organisé, bien rangé, à son idée. Mais Séraphine est partie pour un voyage au pays de la vie et la vie ça ne se contrôle pas, ça n’est jamais là où on l’attend, c’est même insupportablement déstabilisant.
Accompagnée de Gabriel, son acolyte musical muet et mystérieux, à travers la rencontre de l’autre, si dérangeant, si différent, elle fait l’imprévisible expérience de son humaine imperfection. Transportée par des élans qui la débordent, des paradoxes qui la bouleversent, elle se lance dans une épopée rocambolesque dont personne ne ressortira indemne.

Partenaires
 : Le 3 Bis f, Aix-en-Provence - Forum Jacques Prévert, Carros - Arts Vivants en Vaucluse - Le Dakiling, Marseille Le Théâtre des Carmes, Avignon - Le Colombier des Arts, Plainoiseau
Soutiens : La Garance Scène Nationale, Cavaillon - Le Théâtre du Briançonnais - Les Rencontre de la Haute-Romanche, La Grave Le Théâtre du Chien qui fume, Avignon - L’Artéphile, Avignon - Mi-Scène, Poligny

SESSION Le clown (ou qu’est-ce que je fais donc là ?)
Mardi 14 Mars de 14h à 16h
Le clown est un révélateur de nos poésies intérieures. Un endroit où l’on peut oser exprimer l’incorrect, le bancal, l’imparfait... et en faire une richesse. Un bel outil pour s’ancrer dans le présent, pour entrer en résonance avec soi-même et avec les autres, pour rire ensemble avec bienveillance de nos singularités et nos maladresses... La session s’ouvre par un échauffement corporel et vocal, prévoir une tenue souple.

Photographie © Vincent Bidault

CHARLIE CHINE
en savoir +
fermer
arts visuelsPerformance

CHARLIE CHINEET AU MILIEU, UNE ILE !

Résidence performée

ARTISTE EN PRESENCE
Du lundi 27 au vendredi 31 mars
De 9h à 12h et de 13h à 17h

Résidence performée - mars 2017

ARTISTE EN PRESENCE | Du lundi 27 au vendredi 31 mars
De 9h à 12h et de 13h à 17h

Passer une semaine de 35h autour de la table ronde du 3 bis f.

Espace de travail, de réunion, lieu de convivialité, lieu de passage ; au centre des bureaux en open space du 3 bis f se trouve une table ronde entourée de chaises en bois clair. À divers moments de la journée, on y dispose un plateau avec des tasses, des petites cuillères, du thé, du sucre et du café. Cet îlot central est le point de départ d’un mouvement giratoire où salariés du lieu, infirmiers, patients, visiteurs et habitués, techniciens et artistes invités se confondent, se croisent, se rencontrent. Pendant une semaine, assis sur une de ces chaises, on y croise le narrateur, immobile témoin, perdu les yeux dans le vague, affairé à ne rien faire. Celui qui refuse le travail c’est celui qui s’occupe à autre chose, celui qui se laisse surprendre par la frénésie et le chahut occasionné par l’activité des autres, c’est celui qui gît au point de rencontre et qui se laisse porter par le temps.

Photographie © Charlie Chine

GAËTAN BULOURDE
en savoir +
fermer
dansePerformanceArts vivantsPOÉSIE

GAËTAN BULOURDEDANS LA PROFONDEUR DU CHAMP

SESSION Dans la profondeur du champ #1
Mardi 4, mercredi 5 et vendredi 7 avril de 10h à 12h et de 14h à 16h

SESSION Dans la profondeur du champ #2
Mardi 30, mercredi 31 mai et vendredi 2 juin de 10h à 12h et de 14h à 16h

Résidence de création - avril > juin 2017

Projet accompagné par le dispositif Tridanse
Parcours Régional d’accueil en résidence de compagnie(s) chorégraphique(s) - 2017

La notion de profondeur de champ, empruntée à la photographie et au cinéma est ici à l’origine d’une expérimentation qui met en jeu les outils performatifs du corps, de la voix et de l’installation. Avec ce projet, Gaëtan Bulourde développe une écriture chorégraphique construite pour l’espace extérieur - explorant le lointain - qu’il confronte à des textes écrits dans une langue brute et physique proche de celle d’Harrower ou de poètes sonores comme Christophe Tarkos et Julien Blaine. Ces écritures s’enrichissent de recherches traversant la question du paysage dans une histoire de la danse, du land art, de la performance, des sciences humaines... La notion de profondeur de champ questionne, de façon littérale, la place du public. De quel endroit regarde-t- il ? Qu’entend-t-il ? Vers quoi son regard est-il orienté ?

Avec Valérie Castan, Pauline Brun, Jean Baptiste Veyret Logerias, Ondine Cloez

SESSION Dans la profondeur du champ #1
Mardi 4, mercredi 5 et vendredi 7 avril de 10h à 12h et de 14h à 16h
Un premier atelier de poésie sonore où sont explorées, à travers l’écoute, l’écriture et la lecture, la sonorité des mots, leur gouleyance, leur suavité. Jouant des répétitions, de l’écriture automatique, des cadavres exquis et autres outils suréalistico-dadaistico- n’importequoi, nous convoquons la mémoire que peut déposer en chacun de nous un lieu, un texte, une image, un paysage et nous explorons l’environnement qui nous entoure à l’aide de tous nos sens : Nous entendons, voyons, sentons, goûtons, ressentons, percevons, écrivons, parlons, transcrivons. Puis nos voix font vibrer ces mots dans le jardin, là, au fond... une mise en bouche soit sur une branche, soit sur un mur, sur nos deux jambes, ou sur un pied, allongés ou bien cachés, la tête projetée dans les étoiles ou étalée dans les pâquerettes...

SESSION Dans la profondeur du champ #2
Mardi 30, mercredi 31 mai et vendredi 2 juin de 10h à 12h et de 14h à 16h
Pour ce second volet de la résidence, il s’agit d’un atelier corps et voix en extérieur où nous nous concentrons sur la nature, la faune et la flore environnante ou imaginaire... Après une préparation physique très abordable ne réclamant pas de prédispositions particulières (pas de grands écarts, salti arrières ou autres entrechats et chien tête en bas) nous tentons de devenir paysage, arbre ou champignon, moustique ou léopard, de nous fondre ou d’apparaître dans l’espace. Nous abordons également les différentes manières de communiquer à courte ou longue distance avec la voix et/ou le corps...crier, chuchoter, haranguer, se taire, gesticuler, marmonner, héler, esquisser, gazouiller, faire des ronds, apostropher, susurrer, échanger...

Partenaires Le Théâtre Durance, Scène conventionnée à Château Arnoux - Le Citron Jaune, Centre National des Arts de Rue à Port-st-Louis du Rhône - Le 3 bis f, lieu d’arts contemporains à Aix-en-Provence - Le Vélo Théâtre - Pôle régional de développement culturel à Apt (Dispositif Tridanse 2017) - WBI (Wallonie Bruxelles International ).

Photographie © Nicolas Provost

ZEMMOURBALLET
en savoir +
fermer
danseArts vivants

ZEMMOURBALLETLA BRISURE DES VASES

SORTIE DE RESIDENCE
Jeudi 27 avril à 15h

SESSION Connaître son vide intérieur
Les mardis 11 et 25 avril de 10h à 12h

Résidence de création - avril 2017

SORTIE DE RESIDENCE
Jeudi 27 avril à 15h
Entrée libre

Chorégraphie : Nicolas Zemmour - Avec : Emilie Garetier, Annick Schadeck, Julien Ramade, Aurore Mettray, Nicolas Zemmour, Francesco Mormino - Scénographie  : Thibaut Magnan - Musique originale : Wilfrid Rapanakis Bourg Création lumière  : Nina Schaeffer - Costumes : Laurie Lamborelle
Dramaturgie : Marc Zemmour - Oeil Chorégraphique Extérieur  : Barbara Sarreau

Comment du neuf, du différent, pourrait-il surgir d’une réalité préalable saturée ? Isaac Louria, philosophe du XVIe siècle, en a formalisé une réponse par la métaphore de « la brisure des vases » : pour que la création advienne, le vide est nécessaire. Il faut un espace à remplir, un espace qui suscite l’imagination ouverte aux possibles.
Nicolas Zemmour se saisit de la formule : à l’origine d’un vase, il y a un bloc de terre compact. Le potier plonge les doigts dans ce bloc, l’ouvre, « fabrique » du vide en son centre. Ce vide est le lieu de la création. Le sérieux du propos se conjugue à l’humour en regard du temps saturé de nos vies contemporaines. Le rire et le sourire sont nécessaires pour que l’équilibre soit. Nicolas Zemmour espère que sa danse n’encombre pas ses spectateurs, mais qu’elle installe au sein de chacun d’eux un « espace vide » propice au dépassement de ce que l’on est.

Production : Les Théâtres
 de la ville de Luxembourg
Soutiens : T.E.E.M (Territoires d’Écritures en Mouvement) structure de développement chorégraphique conventionnée,
 accueil d’artistes en résidence,
 Quimper - 3 bis f, lieu d’arts contemporains, Aix-en-Provence - Le Merlan, Scène Nationale de Marseille - CDC, Les Hivernales, Centre de Développement Chorégraphique,
 Avignon

SESSION Connaître son vide intérieur
Les mardis 11 et 25 avril de 10h à 12h
Ici, avec la danse, on se découvre à nouveau. On recherche le sens dans le vide et on réapprend ainsi le monde et le mouvement. Une session autour de l’émotion et de l’imagination, ici le vrai et le juste n’existent pas...

Photographie © ashbey.fr

BENJAMIN DUPÉ
en savoir +
fermer
musiqueArts vivants

BENJAMIN DUPÉCOMME JE L’ENTENDS

REPRÉSENTATIONS
Mercredi 7 et Jeudi 8 juin à 20h30*
Vendredi 9 juin à 15h

Dans le cadre du Festival d’Aix-en-Provence

REPRÉSENTATIONS
Mercredi 7 et Jeudi 8 juin à 20h30*
Vendredi 9 juin à 15h

Dans le cadre du Festival d’Aix-en-Provence
En partenariat avec Aix-Marseille Université
Entrée libre

Conception, musique, guitares : Benjamin Dupé
Régie son et informatique musicale live : Samuel Allain
Avec les voix des auditeurs de l’atelier mené au Merlan scène nationale à Marseille Regards, oreilles et conseils : Bertrand Bossard, Benjamin de la Fuente, Laurence Perez

« À force de mesurer au quotidien mon incapacité à raconter simplement aux autres ce qu’est ma musique, je me suis dit un jour que le mieux serait d’en faire un spectacle. Comme je l’entends était né, non pour expliquer, mais pour goûter, rire et s’émouvoir ensemble d’une pratique gratuite et déraisonnable, souvent décalée (essayez donc d’écouter ma “musique contemporaine“ en faisant la vaisselle !). Je voulais jouer et parler de cette musique étrange qui, en refusant le confort du pré-entendu, espère toucher chacun d’entre nous au plus intime et au plus sauvage. Pour tirer les fils de cette création, dans l’idée d’un “solo pas tout seul“, j’ai demandé à un théâtre de réunir des auditeurs. Avec une grande générosité, ils ont prêté leurs oreilles à mes goûts, mes recherches, mes obsessions sonores. Ils ont parlé de cette musique, l’ont mise en mots comme ils l’entendaient. Je les ai enregistrés. Du son à la musique en passant par leurs commentaires, j’ai voulu tisser une symphonie de paroles qui soit aussi la proposition d’un espace : celui où l’on s’invente dans l’écoute. »

* La représentation du jeudi 8 juin sera suivie d’un bord plateau avec Benjamin Dupé

Production : Comme je l’entends les productions
coproduction Le Merlan - scène nationale de Marseille
commande de l’État et du GMEA centre national de création Albi – Tarn
Avec le soutien de la DRAC Provence-Alpes-Côte d’Azur, de la Région Provence-Alpes-Côte d’Azur, des département des Bouches-du-Rhône et de la Seine Saint-Denis, de la Ville de Marseille et de la Sacem

Photographie © Agnes Mellon

CFMI
en savoir +
fermer
musiqueArts vivants

CFMIPUISQUE LES ESPACES

REPRÉSENTATIONS
Vendredi 16 juin à 15h30 et 19h30

REPRÉSENTATIONS
Vendredi 16 juin à 15h30 et 19h30
A partir de 8 ans
Entrée libre

Guitare : Mourad Aachour, Mattéo Ferrari, Éric Lepoitevin - Saxophone : Julien Bellec - Violoncelle : Julie Eychenne - Galoubet/tambourin : Camille Guippe - Piano : Idit Gezi - Violon : Isabelle Lorenzino - Contrebasse  : kim Parola - Trompette : Trouselard

Accompagnés par le compositeur Jean-Christophe Feldhandler, les musiciens achevant leur cursus au CFMI* composent collectivement un spectacle musical au croisement d’autres langages - poésie, théâtre - qui traverse une perception sensible de l’actualité du monde. « Confrontés depuis plusieurs années maintenant à la tragédie des réfugiés fuyant leurs pays en guerre, il s’agit ici d’ébaucher un dialogue imaginaire, un possible lien d’eux à nous. De là où nous nous situons les uns et les autres, par la musique sous ses formes diverses, nous rendons compte des déplacements d’espaces, des rencontres possibles, des solitudes et des espoirs. En chansons, en musique, en paroles. » J-C Feldhandler

* Le CFMI, Centre de formation rattaché à Aix-Marseille Université, forme des musiciens intervenants à la conduite et à l’élaboration de projets dans le champ de l’éducation musicale avec divers professionnels de l’enfance.

Visuel © Julie Eychenne

LE 14 JUILLET 17
en savoir +
fermer
14 juillet

LE 14 JUILLET 17COLLOQUATION

Vendredi 14 juillet 2017

Vendredi 14 juillet 2017

Nous sommes heureux de vous inviter à venir célébrer le 14 juillet au 3 bis f pour une fête nationale résolument d’un genre nouveau et de tous les genres. Un rendez-vous placé cette année sous le signe du 3 : valse fantasque et sérieuse debout sur les 3 pieds du 3 bis f : Art - Folie - Cité.

Un colloque / action pour fabriquer ensemble une pensée collective joyeuse. Un espace-temps pour colloquer, mettre en œuvre, mettre en acte et faire ensemble en 3’33 ou 33’ ou 333’’. Avec, au programme des ateliers thématiques proposés par les artistes résidents, des conférences performées et comme toujours, un grand banquet citoyen suivi d’un final dansé.