THEATRE LE BRUIT DES NUAGES

Le balayeur céleste

27 mai à 15h, 28 mai à 21h, 29 mai à 19h conception du projet / scénographie : Olivier Thomas jardinage comédiens : Alexandra Tobelaim musique : Christophe Perruchi distribution : Marine Broise, Simon Gillet, Guillaume Sauzay création lumière : Jean-Bastien Nehr régie plateau : Mathieu L’Haridon Pris au piège dans un habitacle transparent, dont on ne sait pas trop s’il s’agit d’une maison, d’un vaisseau spatial en perdition ou de l’intérieur d’un container de recyclage, deux individus, un homme et une femme, sorte d’Adam et Eve d’une Genèse en forme de décharge publique, sont au bord d’une asphyxie causée par un trop plein de déchets en plastique. Pragmatiques, ils envisagent une solution radicale pour libérer leur espace vital : jeter ces déchets par les fenêtres. A l’extérieur, dans ce qui ressemble à un no man’s land spatial peuplé de vieux tourne-disques bavards qui se souviennent d’un monde disparu, un bienveillant personnage veille. C’est le balayeur céleste. Production : le bruit des nuages co-production : 3 bis f (lieu d’arts contemporain - Aix en Provence) Domaine d’O (département de l’Hérault) avec le soutien de : le Centre National du Théâtre la Ville de Marseille la Région Provence-Alpes-Côte d’Azur Montévidéo - Créations contemporaines (Marseille) la Tannerie - espace d’explorations culturelles (Barjols) Théâtre de Lenche (Marseille) Système Friche Théâtre / Friche Belle de Mai (Marseille) Spectacle présenté dans le cadre du passport Vitez Atelier théâtre / écriture Il manque une virgule au rayon steack haché Tentative de corruption d’une littérature publicitaire en quête de sens (...et d’auteurs) 20 avril, 11 mai, 18 mai de 14h à 16h30 A partir des textes récoltés sur des brochures publicitaires, tirés de catalogue d’offres promotionnelles diffusés sur la voie publique, dans l’esprit public, travail d’interprétation sur les voix publicitaires et leur codes. Ré-écriture d’offres alléchantes, super-promos, 20% de produit de plus, format économique. Ecriture de la crise du pouvoir d’achat et de la consommation décomplexée. Bien qu’il se situe temporellement en amont de la création, cet atelier se trouve dans le prolongement de la recherche de matériau textuel et sonore menée dans le cadre du spectacle « Le Balayeur Céleste ».