LES ENCORPORÉ·E·S

Eleonor Klène

En compagnie des Encorporé·e·s, Eleonor Klène dévoile les prémisses de la création de Thermocline & Co, entreprise ambiguë au sein de laquelle s’innervent 3 technologies : sculpture, écriture, soin holistique. Suite du processus de recherche entamé au 3 bis f en 2018, le personnage littéraire-double de l’artiste qui observait, dissimulé dans une souche creuse, les activités insolites autour du cabinet Thermocline & Co, implanté au milieu d’une forêt saignante, a construit lui-même sa souche et sa pratique de l’ensouchement. Dans une zone, un hôpital psychiatrique, un jardin clos, la souche est une monade décentrée mettant à l’épreuve le jeu social et le corps surinvesti par le mental et les portails tech. Un dispositif de présence, de réappropriation de l’attention dans la noosphère. Une expérience athlétique pour déposer la pensée dans le corps et la laisser y opérer les connections. « Je me réveille de la première nuit dans “la souche”. La souche n’est encore que virtuelle. La veille j’ai tracé à la craie les emplacements de deux matelas, en plein milieu de l’atelier, à l’ oeil, dans le prolongement du couloir central qui, conduit 2D, distribue de part et d’autre les 10 carrés de sommeil des anciennes patientes. La céramique du sol crée les démarcations de l’espace comme sur un terrain de sport. J’ai pris le matelas d’appoint qui se trouve contre le mur devant la porte de l’atelier et l’ai déposé au centre de mon tracé bi-places. Je suis seule ce soir. En bas, dans le placard que l’on m’avait indiqué, j’ai trouvé une paire de draps et une taie d’oreiller. Je ne tique pas sur les draps d’hôpital rayés de l’inscription bleue “ GCS DU PAYS D’AIX 2018 ”, j’ai un truc à soigner. Je dois restaurer le fusible source. Je ne crois pas à l’origine, ni à l’essence, mais au fusible source, si. J’ai attrapé une couverture bleue, d’hôpital elle aussi, que Cécile Dauchez, l’artiste précédente, a laissée sur le canapé-lit, sous l’étagère de stockage. Et j’ai bordé le matelas, avec soin. À côté j’ai placé le prototype de la première souche, un bébé volcan-pieuvre en terre cuite, brut d’émaillage. Dedans j’y ai mis la lampe de chevet dont la lumière de veilleuse glisse entre les pattes. En mesurant la circonférence potentielle avec des rubans souples, cela me donne environ 9 mètres... » Photographie © Hélène Bellenger