LES RECHERCHES DE L’L

ISABELLE JONNIAUX

Accueil en résidence en partenariat avec L’L, structure expérimentale de recherche en arts vivants, située Bruxelles. Accompagner des artistes dans une démarche de recherche, les encourager à (re)questionner leur travail, les extraire de toute obligation de production, le tout sur la durée, à raison de quatre résidences par an et cela, pendant deux ou trois années (voire plus) : telle est la visée L’L. Pour la seconde année, 3 bis f rejoint la quinzaine de partenaires de ce lieu unique en son genre en accueillant Isabelle Jonniaux, metteur en scène, du 2 au 13 décembre 2019. Isabelle Jonniaux - Recherche « Juin 2017. J’erre dans les rues de Bruxelles. Je marche. J’observe. Je parle à des étrangers. Je visite des arrière-cours. Je lis les slogans publicitaires. Je me perds. Il est 14h53. C’est un lundi. Assise sur un banc, je me dis, les gens qui erre comme moi aujourd’hui dans la rue, un lundi à 14h53, qui sont-ils ? Je ne les ai jamais vus ? Ou jamais regardés ? Ils ne sont pas à un rendez-vous, un déjeuner, une réunion. Ils n’ont pas l’air de s’activer. Que font-ils ? Au fond, si tu n’es pas actif, tu es quoi ? Tu es in-actif ? Tu es désactivé ? Désoeuvré ? Décalé ? Recalé ? Rescapé ? Rejeté ? En rejet ? Un rejet ? » Cette recherche a démarré en décembre 2016. Elle prend la forme d’une déambulation physique et philosophique. Elle se compose de photographies, de rencontres humaines, d’explorations de lieux. Elle raconte les maux/mots de la rue, fouille la pensée et questionne notre condition humaine. Elle explore différentes formes de réalité augmentée, à travers une écriture visuelle, plastique et narrative. SESSIONS | Tisser du récit Les jeudis 5 et 12 décembre 2019 de 10h à 12h. Une invitation à déambuler dans différents espaces extérieurs et à collecter des images, des sons, des sensations… Des mots, des idées aussi : mis en mouvement, le corps et le regard peuvent induire des déplacements dans la pensée. A partir de tous ces matériaux il s'agira, dans un second temps, de tisser du récit, d'inventer des narrations propres à chaque participant.e. L'occasion de stimuler notre regard à questionner ce qui nous entoure au quotidien, et de goûter à la multiplicité des subjectivités qu’une même réalité partagée peut révéler. IMAGES, FILMS, RÉCITS, COLLAGES © Pierre Liebaert