MATTHIEU PILAUD

Résidence de création – décembre 2018 > mai 2019 EXPOSITION | 7 mars > 19 avril 2019 Du lundi au vendredi de 13h à 17h et sur rendez-vous. Entrée libre Vernissage | Mercredi 6 mars de 16h à 20h VISITE EN LANGUE DES SIGNES FRANÇAISE Samedi 11 avril à 11h « Matthieu Pilaud s’engage dans des projets où s’entrecroisent données mathéma- tiques, géomorphologiques et topographiques. Plongées dans la mémoire des lieux, ses oeuvres majoritairement sculpturales et in situ entrent en dialogue avec l’histoire locale, s’articulant en fonction d’un système de formes et de structures dont la matérialité réactive certaines visées universelles de l’art moderne. Plutôt épurées, minimales, à l’échelle humaine et éphémères, les sculptures de Pilaud s’inscrivent dans la répétition des formes générée par la sérialité que permettent l’industrialisation et l’ingénierie, mais aussi par des techniques plus anciennes. Souvent effectuées à partir de matériaux de construction solides, comme le bois, le métal et le plâtre, celles réalisées ici reposent, à l’inverse, sur l’usage d’une matière plus modeste et pliable, l’isorel. Sans l’intervention de la découpe à la machine et la répétition du geste engendrée par l’intermédiaire d’une méca- nique lourde, Pilaud opte plutôt pour y disséquer la matière manuellement et plus modestement. Comme l’oscillation entre les contraires et leur enchevêtrement fait partie des caractéristiques intrinsèques de sa pratique, le fait main, repéré égale- ment dans l’application de pigment noir sur la surface des sculptures, est couplé à l’assemblage des pièces au faufilage, une technique de couture provisoire exécutée à la machine. » « La résultante de mes questions m’amène souvent à utiliser des techniques de moulage, d’empreinte, de fonte de métaux, qui génèrent des objets dont le sens n’est pas immédiat mais caché, enfoui, dissimulé. Je tente à travers cela de révéler cette énergie incarnée de la sculpture et m’autorise le jeu face à cette machine sans souffle. » SESSIONS Objet-maquette, objet-habitacle Convoquer les sens et l’instinct joueur. A travers certaines expériences plastiques, tenter, tout en respectant des règles et un protocole de construction précis, d’amener le regardeur, à la manière d’un enfant, d’être acteur de son imaginaire (escalader, construire, déconstruire, casser, reconstruire à l’infini ou bien se cacher, s’enfermer et se lover).