VIDÉO/CORPS

Cycle de projections

VIDÉO/CORPSFLORIAN PUGNAIRE, DAVID RAFFINI Projection de vidéos du 10 au 13 avril de 13h à 17h - Entrée libre Conférence le vendredi 13 avril à 19h - Sylvie Coëllier, professeur Partenariat : Galerie Torri, Paris Depuis quatre années le programme Vidéo/corps aborde la question du corps au travers du médium vidéo. Le 3 bis f poursuit ce cycle de projections de vidéos d’artistes à travers un tour d’horizon non exhaustif d’oeuvres autour de cette problématique de la représentation du corps. La vidéo permet aux artistes d’appréhender l’extension de l’image dans l’espace, sa capacité à sculpter le temps, à explorer parfois frontalement et brutalement le monde. De nombreux artistes ont représenté le corps, en donnant une image inédite et surprenante. Comment l’art vidéo transforme une certaine représentation du corps ? Peut-on entrer dans l’image vidéo, dans le corps animé, peut-on habiter une image ? Par ailleurs la vidéo donne aussi l’image d’un corps « étendu », prolongé, ou suspendu dans l’espace temps et pose parfois la question d’un corps politique. Les artistes peuvent l’utiliser comme trace de leurs performances, comme prolongement de leur regard ou de leur corps. Les vidéos sont choisies plus particulièrement sur leur capacité à produire une émotion physique, ou donner à expérimenter physiquement un rapport à l’image (impression de plonger dans l’image, vacillement, perte de repères, présence immédiate des personnages, effet de réalité…). Les conditions de présentation des vidéos permettent d’appréhender ces sensations : projection sur grand écran, dans la salle de spectacle du 3 bis f, dispositif son, « comme au cinéma ». Les détails apparaissent, tous les sons sont audibles, les sous titre lisibles. Les vidéos ne font pas parties d’une installation, on peut prendre le temps de les voir, de les revoir. Se posent donc les questions de la réception des images, des conditions de leur réception, du contexte de projection. Est-ce que ces images prennent une dimension différente dans ce lieu de résidence et d’expérimentation artistique inscrit dans un hôpital psychiatrique ? Ces questionnements sont accompagnés d’une conférence de Sylvie Coëllier, Professeur en art contemporain à l’Université d’Aix-en-Provence, donnant à chaque session des éclairages et des points de vue sur les vidéos, les resituant dans l’histoire de l’art contemporain, dans l’histoire récente de la vidéo d’artistes et dans le contexte politique et social.