PERSPECTIVE NEVSKI*

PETITES RÉDUCTIONS ABSURDES DE L’EXPÉRIENCE HUMAINE

Présentation du travail en cours (entrée libre) Jeudi 11 avril à 19h Vendredi 12 avril à 15h La création de PETITES REDUCTIONS ABSURDES DE L’EXPERIENCE HUMAINE s’inscrit dans la lignée d’un travail de plateau que mène Sandrine Roche au sein de l’association Perspective Nevski* autour de la musicalité des corps et de la langue dans l’espace du théâtre. Elle poursuit un questionnement sur le rapport physique que l'homme entretient au monde ; sur la marge de manœuvre singulière et autonome dont l’individu dispose au sein d’une communauté ; sur les limites et paradoxes des libertés individuelles et collectives. Ce questionnement conduit à la recherche d’une forme théâtrale qui donne pleinement la mesure de la violence et de la force physique de la langue, qui la mette en abîme, l’interroge. Une forme qui provoque l'imaginaire du spectateur en insufflant une série de sons, images, mouvements… Mise en scène : Sandrine roche Acteurs : Jessica Batut, Conchita Paz, François-Noel Bing, Pedro Cabanas, Alexandre Théry. Création Sonore : Fred COSTA Création lumière Laurent PATISSIER Scénographie : Jean Pierre GIRAULT Régie Générale : Loïc EVEN Production association Perspective Nevski co-production en cours Ateliers « Le corps du texte » Les mercredi 3 et 10 avril de 14h à 16h L’association Perspective Nevski* développe un travail autour de l’oralité, en partant du principe que le mot génére autant de son que de sens. C’est une matière sonore proférée, adressée, qui manifeste d’une existence parmi d’autres. Nous proposons de travailler sur la musicalité et la physicalité de la langue. D’ouvrir un champ de recherche à partir de textes, de mots, qui permette de se questionner sur l’oralité singulière de chacun : comment l’individu se construit-il ? Avec quels moyens ? Quelles références de mots, de comportements ? Est-ce le vocabulaire qui détermine la personne, ou la personne qui choisit son vocabulaire ? Est-ce l’image du corps qui nous construit, ou nous qui façonnons notre propre corps pour devenir ce que nous sommes ? Qu’est ce que s’adresser à l’autre signifie, dans quel mode, avec quels outils ? Il s’agit d’engager son corps, parce que le mouvement permet à la parole de surgir de façon plus singulière ; il s’agit aussi se servir de sa voix, de toutes ses couleurs , la faire sonner. Nous proposons deux ateliers de 2 heures, allant du corps à l’écrit : D’abord se mettre en mouvement, faire résonner sa voix dans son corps, avec la spécificité de chacun ; puis établir des protocoles d’improvisations en groupe, des « règles du jeu » qui permettent à l’imaginaire de se délier ; enfin, écrire, choisir, donner à jouer, jouer soi-même les textes d’autres… Nous partons du principe que le mot est avant tout un corps ; le corps qui donne le style du texte. Jouer avec ses mots, son vocabulaire, c’est apprendre à jouer avec son savoir faire, ses habitudes, ses acquis, sa fameuse mécanique socio-linguistique.. SITE DE LA CIE